Hippies, hippies, hippies… Une série à la Cool

    Jack Cool, tome 1: 1966, Quelques jours avant Jésus-Gris…, Jack Manini (scénariste), Olivier Mangin (dessinateur). Editions Grand Angle / Bamboo, 56 pages, 13,90 euros.

    Février 1966 à Détroit (Michigan). Un cadre des usines Cadillac rentré traumatisé du Vietnam – avec notamment un gant perpétuel sur sa main gauche masquant un mal mystérieux – craque. Il quitte sa famille et disparaît. Cinq mois plus tard, il réapparaît méconnaissable à La Honda, en Californie, dans la communauté hippie des “merry pranksters” de Ken Kesey, qui vont  le surnommer “Jésus-Gris”. Il va mettre à profit ses connaissances mécaniques pour réparer l’antique bus des Pranksters et tout le monde va s’engager dans un incroyable voyage sur les routes américaines.
    Pendant ce temps, la femme du disparu à mis sur sa piste Jack Cool, un détective new yorkais qui se trouve aussi embauché par l’actrice Jayne Mansfield afin de retrouver sa fille qui vient de fuguer. Deux enquêtes qui vont peut être bien converger vers le bus psychédélique des Pranksters…

    Jack Manini et Olivier Mangin proposent une nouvelle incursion dans l’effervescence du XXe siècle. Après leur belle trilogie aristico-politique d’entre deux guerres de la Guerre des Amants, c’est à une plongée dans l’Amérique hippie de la fin des sixties qu’ils invitent ici, dans les pas de leur détective Jack Cool (au petit air d’Hunter Thompson et de Johnny Depp dans Las Vegas Parano).
    Ce tome 1 sert essentiellement à l’exposition des personnages et de la mise en place d’une ambiance effectivement à la cool, entre LSD, amour libre et communauté vagabonde. Et sur ces points, l’objectif est bien tenu. Notamment dans la manière de dépeindre les Merry Pranksters (joyeux déconneurs) de Ken Kesey, le futur auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou. Occasion pour Olivier Mangin de croquer de sacrés personnages et d’immerger le lecteur dans ces sixties déjantées et psychédéliques, avec un style réaliste enlevé et chaleureux.
    Enfin, un petit dossier, en fin d’album, permet un “retour à la réalité” en apportant les précisions historiques sur les faits évoqués avant et qui paraissent, vu de 2017, passablement hallucinants.

    S’il y a peu d’action donc pour l’instant, pour un road trip qui part plutôt à petite vitesse, le démarrage est réussi. Et Jack Manini espère bien prolonger la série sur les années suivantes, de quoi embrasser de nouveaux grands événements (du Flower power flamboyant à Woodstock), d’apporter des réponses aux énigmes de ce premier tome et d’en accentuer peut être le côté thriller. Bref, Blowing in the Wind et Let the Sunshine in !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les orphelins dans la guerre

    La Guerre des lulus, tome 1 : la maison des enfants trouvés, Régis Hautière, Hardoc. ...

    Corto Maltese voyage encore bien

    Corto Maltese, tome 14: Equatoria, Juan Diaz Canales (scénario), Ruben Pellejero (dessin). Editions Casterman, ...

    Tous aux Abris !

    Abris, Emmanuelle Houdart. Editions Les Fourmis rouges, 32 pages,18 euros. Emmanuelle Houdart est une ...

    Le retour des petits Oms

    Oms en série, tome 2: l’exom, Jean-David Morvan (scénario), d’après le roman de Stefan ...

    Un thriller venu du froid

    Millenium, Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes, tome 2, Homs et Runberg d’après ...

    Suivez le guide… pour une traversée de Paris en bande dessinée

    Guide de Paris en bandes dessinées, collectif. Editions Petit à Petit, 192 pages, 19,90 ...