Imperator et à travers

    Imperator, tome 1 : les fascistes sont éternels, Valérie Mangin, Fafner, éditions Quadrants solaires / Soleil, 48 pages, 13,95 euros.

    Valérie Mangin entame ici une nouvelle série de ses “Chroniques de l’antiquité galactique“, transposition futuriste en space opera de l’histoire antique gréco-romaine. Après Troie et le crépuscule de l’empire romain, la scénariste – historienne et latiniste de formation – s’attaque aux fondements de ce même Empire romain galactique, et donc à une préquelle des séries précédentes – un peu à la mode Star Wars…

    En 3259 après J.C., après avoir largement irradié la Terre, les humains ont conquis la galaxie, établissant royaumes et Républiques. Mais c’est désormais le Parti de la renaissance fasciste et son Duce, “Benito” (forcément) qui dirigent la galaxie, au prix de compromis complexes avec les aliens qui seuls possèdent les vaisseaux capables d’aller d’une planète à l’autre et des mafieux qui dirigent en sous-mains le syndicat des “camionneurs” extra-terrestres.

    Pendant ce temps, la Terre, grâce à un milliardaire peut-être pas si désintéressé que cela, est devenue de nouveau vivable. Et Benito ambitionne de faire de Rome sa nouvelle capitale galactique. C’est là que vivent aussi les deux héros de ce premier tome, Gus et Julia, qui survivent grâce au trafic d’antiquités ; cette dernière rêvant de renverser les fascistes à l’aide de nouvelles légions romaines. A cause d’un tragique hasard, leur destin va croiser celui du Duce et peut-être en effet changer l’Histoire.

    Toujours aussi à l’aise dans la construction politique d’une société, Valérie Mangin aborde frontalement des questions bien contemporaines (ou, en tout cas, tout aussi d’actualité au 33e siècle) comme la xénophobie, le racisme anti-étrangers, les liens entre la mafia et le pouvoir, etc. Elle se permet aussi quelques petits clins d’oeil plein d’auto-dérision à ses albums précédents. Petit plaisir partagé…

    Les bases de ce nouvel univers sont en tout cas bien posés et l’intrigue solidement installée. On est moins convaincu par les couleurs (plutôt ternes) et le dessin de Fafner. Capables de belles vignettes de vaisseaux spatiaux ou de plans généraux de villes, il se révèle moins à l’aise pour les personnages humains. Et le parti-pris, assez original, de multiplier les bandes horizontales et les petites cases ne permet pas de retrouver l’ampleur et la démesure des séries précédentes. Mais il reste cinq albums améliorer le tir. Et ce nouvel épisode des Chroniques a assurément le potentiel pour y trouver toute sa place.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La nuit fièvreuse de Mayuko

    Les monstres de Mayuko, de Marie Caillou, éditions Dargaud, 64 pages, 19,95 euros. Parution ...

    Fastefoode, quand le mauvais goût est bon

    Fastefoode, Jorge Bernstein (scénario), Pluttark (dessin). Editions Fluide glacial, 48 pages, 12 euros. Les ...

    L’odyssée de Lanfeust se poursuit bien

    Lanfeust Odyssey, tome 6: le delta billieux, Christophe Arleston (scénario), Didier Tarquin (dessin). Editions ...

    Ça Trump enormément !

    Trump, énorme ! 30 ans de BD-enquête sur Trump, par Garry B.Trudeau. Editions Hachette ...

    Davodeau, pas chien avec Le Louvre

    Le chien qui louche, Etienne Davodeau, éditions Futuropolis / Le Louvre editions, 144 pages, ...

    Vus au Louvre

    La traversée du Louvre, David Prudhomme, éditions Futuropolis – Musée du Louvre, 80 pages, ...