Jonas, ça requinque !

    Jonas-couvJonas, le requin mécanique, Bertrand Santini (texte), Paul Mager (illustration). Editions Grasset Jeunesse, 109 pages, 12,90 euros.

    Après le remarquable et remarqué roman illustré Le Yark, Bertrand Santini revient avec un texte mis en (très belles) images par Paul Mager.

    Comme le titre l’indique, Jonas est donc un requin mécanique. Jadis, il fût star de cinéma dans la saga Les dents de le mort. Les spectateurs, avides d’émotions fortes, affluaient par vagues dans les salles obscures. Plus les gens criaient d’effroi, plus Jonas était populaire et adulé de tous. Mais sa célébrité coula à pic lorsqu’apparurent les monstres en images de synthèse. Fini le succès. Jonas fut mis au placard, jugé trop ringard.
    C’est ainsi que, comme bon nombre de ses semblables, il se retrouve recyclé au Monsterland. Dans ce parc d’attractions, il donne la réplique à une actrice à la carrière qui pateauge aussi. Mais Jonas n’étant plus un jeune robot, les problèmes mécaniques se font de plus en plus fréquents. Les spectateurs se plaignent, la starlette peste et le directeur, sans états d’âme, décide d’envoyer son vieux requin à la casse. Pour éviter cela, son ami Krokzilla entreprend d’emmener Jonas jusqu’à l’océan. Mais lorsqu’on est un requin mécanique dont le rêve est d’être vivant et d’avoir une maman, il est difficile de s’acclimater à ce nouveau milieu…

    jonas-dessinJonas va vivre alors bien des aventures périlleuses et croiser le chemin de personnages plus ou moins sympathiques, comme Loopy le manchot et le captain Grisby (sur l’épaule duquel se dresse Kikette, un singe mort depuis vingt ans et sommairement empaillé. ce qui n’est pas sans être quelque peu odorant…)

    En lisant ce livre, il est tout bonnement absolument impossible de ne pas penser aux Dents de la mer, de Spielberg. “Ah oui, j’en suis fan ! confie Bertrand Santini. Il y a quelque chose d’indéfinissable dans ce film. Surtout la première partie. Une perfection de film dont même Hitchcock était jaloux !”

    Bertrand Santini
    Bertrand Santini

    Une fois de plus, pour conter cette histoire, Bertrand Santini fait preuve de beaucoup d’humour. L’auteur aime à jouer avec les mots ainsi qu’avec les sonorités, rendant le tout très chantant, comme les histoires de l’illustre Roald Dahl. Cet auteur est-il une de ses références? “Oui même si je suis seulement en train de le découvrir vraiment. Dahl c’est pour moi le bon équilibre du livre pour enfant. De la fantaisie, de la méchanceté cachée, c’est à dire de l’impertinence… C’est un punk, Roald Dahl, derrière ses côtés enfantins. Je préfère largement la littérature enfantine anglo-saxonne à la française, y’a pas photo !

    Dans Jonas, avec ses scènes de chasse au requin, Bertrand Santini dénonce aussi le manque de considération qu’ont trop d’humains face à la souffrance infligée aux animaux. “La façon dont on traite les animaux, la question de la souffrance animale est pour moi une question essentielle. Mais il faut bien comprendre que le problème de l’exploitation animale n’est pas un problème à propos de l’animal. C’est la question de l’oppression sur autrui. L’idée qu’un individu s’estime supérieur à autrui.

    Outre le respect d’autrui, Jonas parle du respect de la mémoire et des choses anciennes. En confrontation avec cette starlette et le directeur du parc qui veulent juste faire de l’argent sans s’intéresser à l’histoire des choses.”Les humains sont plus mécaniques que les robots dans cette ouverture… Ils ne voient pas la beauté des choses. Les robots sont exploités comme des animaux justement. Comme les hommes qui semblent ne pas se douter que les animaux ont des états d’âmes. Et peut-être en effet que le respect du monde passerait par le souvenir. Retrouver une mémoire perdue pour renouer avec le monde.”

    Et cette histoire est merveilleusement illustrée par Paul Mager. Un dessin très fin, efficace, tout à la mine graphite. Lorsque Bertrand Santini a vu ses dessins, il a immédiatement voulu travailler avec lui. “Il avait un dessin parfait pour Jonas. Cinématographique et sensible. D’ailleurs, Paul vient du cinéma d’animation .Ça a été un bonheur de travailler avec lui. Il est à l’écoute et très généreux.

    Même si son album vient tout juste de sortir, Bertrand Santini a déjà repris la plume. “Je suis en train de mettre la dernière main sur trois livres qui sortiront l’année prochaine. Trois projets que je prépare depuis très longtemps et qui sortiront à quelques mois d’intervalle. Je prépare aussi une pièce de théâtre.” Le premier est Le Journal de Gurty. Une fois n’est pas coutume, pour cette histoire, Bertrand Santini est à la fois au texte et au dessin. “Je ne suis vraiment pas dessinateur… Mais le héros de ce livre,un chien, je crois que je le tiens. L’éditeur a pensé que c’était très bien comme ça. Alors, je me suis lancé. Comme c’est un livre très personnel, ça tombe bien.” Mais pour cela, il faudra attendre le mois de mai.

    Par Gaëlle Martin

    jonas 2-dessin

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Harmony désaccordée

    Harmony, tome 1: memento, Mathieu Reynès. Editions Dupuis, 56 pages, 12 euros. Scénariste (La ...

    Le 9e art de s’en moquer

    L’art du 9e art, Emmanuel Reuzé. Editions Fluide glacial, 128 pages, 18,90 euros. Pour ...

    Noë en attendant le déluge

    Noé, tome 2: Tout ce qui rampe, Darren Aronofsky, Ari Handel, Niko Henrichon, éditions ...

    Aux Amériques

    [media id=27 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Une adaptation ravageuse

    Ravage, tome 1, Jean-David Morvan (scénario), Rey Macutay (dessin), d’après l’oeuvre de Barjavel. Editions ...

    Et tchèques et mat

    La Druzina 1914-1918, Jacques Mazeau (scénario), Brada (dessin). Editions Glénat, 120 pages, 19 euros. ...