La bande à Bonnot d’hier et d’aujourd’hui

    La bande à Bonnot, Jean-David Morvan, Stefan Vogel, Laura Pierce (scénario), Attila Futaki (dessin). Editions Glénat, 144 pages, 19 euros.

    Jules Bonnot est un père de famille tout ce qu’il a de plus banal dans la France du début de XXème siècle. La révolution industrielle est passée par là et il gagne maigrement sa vie comme mécanicien pour un constructeur automobile lyonnais. Les conditions de travail se dégradent, c’est le temps des premiers syndicats et des répressions policières. Il est mis aux arrêts suite à une « réunion » interdite qui entrainera un drame familial et réveillera le tigre anarchiste qui sommeille en lui. Il décide alors de prendre les armes avec des bandits locaux, et d’utiliser des automobiles pour accomplir ses braquages, lui donnant un avantage certain face aux gendarmes à cheval et à bicyclette : la bande à Bonnot était née.

    Vous l’avez compris, cette histoire en un tome tente de retracer la vie et la mort du truand Jules Bonnot et de sa bande d’illégalistes. Il était temps, sans doute. En fouinant rapidement sur le web, on ne trouve qu’un seul album relatant la vie du célèbre bandit, sorti sous le même titre il y a quarante ans, réalisé par Florenci Clavé et Christian Godard (et déjà édité par Glénat).
    Et pas de vainqueur au petit jeu des comparaisons, les deux albums sont excellents ! Alors que Clavé a uniquement noirci ses planches, avec un trait unique comme si quelqu’un de l’époque même l’avait dessiné, Futaki nous propose un dessin dynamique et coloré mais sans grande fantaisie.

    Le scénario de la version 1978 est très précis et issu d’une recherche historique approfondie, les planches s’enchainent et racontent avec réalisme toutes les grandes péripéties de la fameuse bande, jusqu’à la fin tragique de chacun des membres du groupe. La version 2018 est beaucoup plus romancée et centrée sur le personnage – et l’homme – Jules Bonnot. Mais il apporte aussi en contrepoint le point de vue de la police a plusieurs reprises.

    Un vrai choc des générations, tant sur le dessin que sur le rythme. Mais on ne peut que recommander la lecture des deux ouvrages !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Mauvaises ondes

    Zone blanche, Jean-Claude Denis, éditions Futuropolis, 72 pages, 16 euros. Dernier ouvrage en date ...

    Francorchamps, un circuit mythique

    Dossier Michel Vaillant : Spa Francorchamps. Editions Dupuis. 124 pages. 20,50 euros. Ce n’est ...

    L’univers de Stefan Wul reprend vie avec la Mort vivante

    La mort vivante, Olivier Vatine (scénario), Alberto Varanda (dessin). Editions Comix Buro / Glénat, ...

    Le Dernier Pharaon, suite renversante au Mystère de la Grande Pyramide de E.P.Jacobs

     Le Dernier Pharaon, François Schuiten, Jaco Van Dormael, Thomas Gunzig (scénario), Laurent Durieux (couleur). ...

    Enjeux environnementaux et sociétaux dans la “Revue dessinée”

    Derrière sa couverture noire, avec son ours blanc surpris d’être ainsi marqué d’un code ...

    Séance de rafraîchissement pour le Transperceneige

    Le transperceneige, l’intégrale, Benjamin Legrand, Jacques Lob, Jean-Marc Rochette, éditions Casterman, 256 pages, 35 ...