La bataille de Yashan 1279, touché-coulé

    La bataille de Yashan 1279, Bo Lu (scénario et dessin). Éditions Urban China, 270 pages, 19,95 euros.

    Bras coupés, gorges tranchés, torses et dos transpercés… Les premières pages de La bataille de Yashan 1279 donnent le ton d’un ouvrage qui donnerait de l’urticaire à tout pacifiste. Il faut dire que le sujet abordé par Bo Lu ne prête pas vraiment à sourire.

    Comme pour sa précédente œuvre (La bataille de Shanghai 1937, toujours chez Urban China), l’auteur, qui partage sa vie entre la Suède et la Chine, a choisi de livrer le récit de l’une des plus grandes batailles navales chinoises. Opposant la dynastie Yuan (fondée par Kubilai Khan, petit-fils de Gengis Khan) et l’ancienne dynastie Song, elle fit des milliers de victimes, civils et militaires, et mis aux prises des centaines si ce n’est des milliers de navires dans le détroit de Yashan. L’histoire se déroule au XIIIe siècle de notre ère. En plein essor, l’empire mongol, dirigé par Kubilaï Khan, a quasiment assimilé l’Empire du milieu. Mais à Yashan, une île située sur le littoral sud, le dernier bastion de l’ancienne dynastie Song résiste tant bien que mal. A sa tête Zhao Bing un empereur âgé de sept ans, entouré de ses fidèles généraux prêts à donner leur vie pour lui…

    Ce fragment d’Histoire de Chine avec un grand H, Bo Lu a tenu à le retranscrire le plus fidèlement possible. Pensé de façon chronologique, le récit  est extrêmement précis, documenté et fourmille d’anecdotes. Animé par cette fameuse fibre patriotique chinoise que l’on retrouve dans de nombreuses œuvres cinématographiques contemporaines, Bo Lu a souhaité mettre un coup de projecteur sur la dynastie Song, la dernière à avoir tenté de repousser l’envahisseur mongol. Avec panache, dignité et intégrité, dans son imaginaire. Dans la même veine (historique), on ne peut d’ailleurs s’empêcher de penser à l’excellent Stratège, manga écrit par Sentaro Kubota, dessiné par Hideki Mori et publié en France par Tonkam.

    Plusieurs cartes géographiques et flash-back parsèment ce one-shot de manière à faciliter la compréhension du scénario. Car il faut véritablement s’accrocher pour venir à bout de cette bande dessinée de 270 pages où l’on fait connaissance avec des dizaines de personnages sur une période de plusieurs années et où les stratégies militaires s’empilent (comme les cadavres du reste). Au lieu de faire la part belle aux dialogues, l’auteur a choisi une narration en voix-off, sans doute plus adaptée à cette BD qui se lit comme un documentaire.

    Talentueux auteur manhua (le nom donné à la BD chinoise), Bo Lu a réalisé un travail de recherches de deux ans pour la concrétiser. Dans la postface, l’homme de 47 ans se dit passionné d’histoire et des guerres, autant que des BD. Contrairement à La bataille de Shanghai 1937 où il put recueillir quelques témoignages directs, il a écrit et dessiné La bataille de Yashan 1279 en donnant son ressenti. « Ce qui en fait une œuvre de fiction indépendante de la recherche historique », selon lui, mais tout aussi instructive à notre sens.
    Côté graphique, Bo Lu est resté fidèle aux techniques du lianhuanhua, la bande dessinée traditionnelle chinoise. Les dessins sont en noir et blanc, hormis la couverture et la quatrième de couverture qui nous plonge illico dans le bain d’une bataille terriblement meurtrière. Bo Lu est aussi un adepte des expériences quand il prend son crayon. Pour la première fois il a ainsi utilisé des outils numériques qui lui ont permis d’avancer plus rapidement dans la réalisation des personnages et des paysages. Son style, parfois brouillon, n’est pas sans rappeler celui du fameux Ernie Chan connu pour avoir dessiné Conan le barbare. Les scènes de combat sont assez bien réussies, un peu touffues, mais les détails sautent aux yeux quand on prend la peine de s’attarder sur les planches. C’est aussi le cas pour les visages et les expressions bien souvent livrés dans de grandes cases. Au final, la bataille de Yashan 1279 se savoure comme une grande (et douloureuse) épopée chinoise contée par un auteur passionné, assurément animé par un devoir de mémoire.

    Par Bakhti Zouad

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’aventure, c’est l’aventure !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Le der des ders de Charlie

    La Grande Guerre de Charlie, tome 10 : la der des ders, Pat Mills ...

    Le Pas-de-Calais dans la Bataille de la Grande Guerre

    La Bataille: Arras 1917, Frédéric Logez. Editions Degeorge, 80 pages, 24 euros. La Grande ...

    Isabella Bird, joli oiseau migrateur

    Isabella Bird, femme exploratrice, tome 1, Taiga Sassa. Editions Ki-oon, 240 pages, 7,90 euros. ...

    Le Transperceneige explore une nouvelle voie

    Transperceneige, terminus, Olivier Bocquet (scénario), Jean-Marc Rochette (dessin). Editions Casterman, 232 pages, 25 euros. ...

    Mars, et ça repart comme en 14

    La Grande Guerre des mondes, tome 2: terreur martienne, Richard D.Nolane (scénario), Zeljko Vladetic ...