La belle descendance de Jessica

    LES ENFANTS DE JESSICA, t.1 : le discours, de Luc Brunschwig et Laurent Hirn, ed.Futuropolis, 40 pages, 11 euros.

    Encore un album injustement laissé de côté, depuis sa sortie, en mai… mais c’est ainsi l’occasion d’évoquer, en amont, la toute prochaine sortie, fin août de Car l’enfer est ici… autre suite du Pouvoir des innocents.

    En effet, neuf ans après la fin de leur série culte, Luc Brunschwig et Laurent Hirn, poursuivent cette grande histoire américaine a travers deux récits distincts.

    Paraissant après Les enfants de Jessica, Car l’enfer se déroule en revanche avant, dans la chronologie du récit. Six mois tout juste après la fin du Pouvoir des innocents, on retrouvera Josh Logan, l’ex vétéran du Viet-Nam accusé à tort du meurtre de 508 personnes, dont le boxeur idole de New York, Steven Providence – faux attentat et élément ultime de camouflage, mis au point par ce dernier, afin de masquer la machination “positive” instaurée par les anciens pensionnaires du foyer de Jessica Rupert, afin de porter cette dernière à la mairie… On reviendra à la sortie de l’album sur cette nouvelle déclinaison de la série qui avait magistralement évoqué les ambiguïtés d’une campagne électorale et les arrières-fonds, guère ragoûtants, de la politique ; où même le plus pur espoir de justice sociale empruntaient des chemins les plus tortueux – manipulation à grande échelle, meurtres, etc…

    Dans Les enfants de Jessica, dix ans se sont écoulés depuis donc l’arrivée dans le fauteuil de maire de New York de Jessica Rupert, en 1997. Durant cette décennie, elle a pu mettre en oeuvre sa politique sociale et la ville est devenu un exemple d’une gestion rompant avec le libéralisme économique. A tel point qu’elle est devenue la ministre des Affaires sociales du gouvernement démocrate et s’apprête à prononcer un discours majeur devant le Congrès, afin d’évoquer les 200 mesures qui devraient  être prises, cette fois au niveau de la nation, faisant des Etats-Unis un pays à la pointe du social et de l’écologie. Mais ces propositions se heurtent à bien des résistances, tandis que le pays voit apparaître un mouvement d’extrême droite, populiste et violent, les Logan’s, qui font de Joshua un symbole de leur combat contre le pouvoir démocrate.

    Comme dans le cycle précédent, ce premier album mène des récits en parallèle : Jessica chahutée devant les parlementaires ; Amy, la jeune fille échappée de l’hôpital psychiatrique avec Logan, désormais plus ou moins adaptée par Jessica et devenue une salariée de l’action sociale à New York ; et un père et un jeune enfants, migrants espérant une nouvelle vie et promis à un destin tragique.

    Avec son format court – 34 planches, selon le principe déjà utilisé pour Svoboda – ce premier album ne fait qu’esquisser le cadre et le contexte de l’intrigue à venir. Mais on retrouve déjà la patte de Brunschwig et son talent à se saisir de l’air du temps pour traiter des questions politico-économiques bien contemporaines, en l’occurence ici les ravages du néolibéralisme et de la mondialisation,  la crise économique frappant l’Amérique et la résurgence d’un mouvement d’extrême droite.

    Quant au dessin de Laurent Hirn, à l’hyper-réalisme toujours aussi léché, on le retrouve comme on l’avait quitté voilà huit ans. De quoi être alléché pour la suite de la série. Et pour la deuxième série à paraître, donc, à la fin du mois.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Retour aux sources de Didier Tronchet

    La saga des Poissart, la genèse, de Didier Tronchet, éditions Drugstore, Collection Les Intégrales, ...

    Chat alors !

    Sugar, ma vie de chat, Serge Baecken, éditions Dargaud, 80 pages, 16,45 euros. Parution ...

    Mapple squares, bonbons sanglants

    Mapple squares, Doggybags one shot, David Hasteda (scénario), Ludovic Chesnot (dessin). Editions Ankama, Label 619, 160 ...

    Objectif TER

    TER, tome 1: l’étranger, Rodolphe (scénario), Christophe Dubois (dessin). Editions Daniel Maghen, 80 pages, ...

    Le Syndrome de l’imposteur ou la médecine à la folie

     Le syndrome de l’imposteur, Claire Le Men. Editions La Découverte, 96 pages, 17 euros. ...

    Le destin contrasté d’Emil Zátopek

    Zátopek, Jan Nowàk (scénariste), Jaromir 99 (dessin). Editions Des Ronds dans l’O, 204 pages, ...