La mort venue du ciel, de la mer et de nouveau de la Somme

    Grande Guerre de charlie_9_couvLa Grande Guerre de Charlie, tome 9: la mort venue du ciel, Patt Mills (scénario), Joe Colquhoun (dessin). Editions Delirium, 120 pages ,  22 euros.

    Bientôt la quille pour Charlie Bourne, dont les aventures durant la Première Guerre mondiale arrivent vers leur terme, avec ce neuvième album sur dix. Mais ce premier trimestre 1918 est tout sauf calme pour le jeune tommie.

    Suspecté de s’être fait une blessure volontaire en se tirant dans le pied, Charlie est soigné en Angleterre avant de passer en conseil de guerre, d’où il sortira lavé de tous soupçons grâce à l’intervention miraculeuse d’un lieutenant. Avant de repartir en France, Charlie va avoir le temps de nouer une relation solide avec une jolie infirmière et de revoir son jeune frère, Wylf. Ce dernier, toujours mitrailleur dans l’aviation et espérant devenir pilote combat les “géants”, les bombardier allemands qui mènent des raids destructeurs contre l’Angleterre. Charlie va aussi revoir son cousin Jack, matelot, qui lui racontera l’impitoyable guerre qui se livre aussi sur les mers, notamment une bataille navale sanglante aux abords des îles Malouines.
    Remis sur pied, Bourne retrouve son unité, dans une guerre qui est en train de changer de nature avec la grande offensive allemande du printemps 1918. Et il retrouve aussi la Somme, lieu de son baptême du feu en 1916. Cette fois, c’est à Albert qu’il devra mener un nouveau combat sans merci, sans compter la réapparition, une fois encore, du lieutenant Snell, l’ennemi de Charlie, de plus en plus fou…

    Neuvième et avant-dernier tome de cette série passionnante, ce volume se montre une nouvelle fois très dense et diversifié. Au fil des courts chapitres réunis ici – et toujours accompagnés, en postface, d’un commentaire incisif de Patt Mills – les deux auteurs britanniques parviennent encore à se renouveler, tout en suivant l’avancée du conflit.

    La chute de la "vierge penchée" d'Albert, dessinée par Joe Colquhoun, deux cases extraites d'un des derniers chapitres de ce volume 9.
    La chute de la “vierge penchée” d’Albert, dessinée par Joe Colquhoun, deux cases extraites d’un des derniers chapitres de ce volume 9.

    Après la guerre aérienne, à laquelle le précédent tome avait été largement consacré (et que l’on retrouve ici avec quelques planches sur ces étonnants bombardiers géants et ces fils de protection tendus dans les airs au-dessus de Londres), c’est la guerre maritime qui est évoquée, à l’aide d’une nouvelle digression permise par le récit a posteriori d’un combattant. Joe Colquhoun, qui avait été marin durant son service, développe encore un grand talent dans le dessin des navires et la violence des combats. Une même approche, magistrale, se retrouve, dans beaucoup d’autres planches impressionnantes, comme celle (déjà évoquée l’an passé lors de l’expo au Musée de Meaux) de cette cavalerie allemande de 1918 paraissant surgie d’un récit moyen-âgeux ou la planche décrivant la légende de la vierge perchée de la basilique d’Albert, dans la Somme. Et la précision du trait se double toujours d’une énergie et d’une émotion intenses.

    Ce volume touche aussi par l’accent mis sur les relations familiales de Charlie. Les descriptions des destructions et des violences infligées aux civils ne sont pas nouvelles dans cette saga de guerre “pacifiste”. Mais ici, les bombardements aériens prennent toute leur dimension de vrais crimes de guerre. Un même humanisme, sensible et juste, est utilisé pour montrer la réalité d’un combat naval, non seulement depuis la passerelle de commande, mais surtout du côté des soutes. Patt Mills n’hésite pas non plus à infliger à son héros de rudes coups, de nouveau.

    Par rapport à tout cela, la réapparition de personnages secondaires récurrents, comme l’infect beau-frère affairiste et lâche “le gommeux” ou de l’indestructible (et pour le coup définitivement fou) capitaine Snell tient plus du serial. Mais c’est aussi ce qui fait l’irréductible singularité de cette Grande Guerre de Charlie: une approche populaire (dans sa forme de feuilleton “pulp”) au profit d’une vision hyper-réaliste, d’une grande exactitude historique et d’un regard radical sur la Première Guerre mondiale.

    grande guerre de charlie_9_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une idée de cadeau pour Noël (2/8) : Peyo, magistralement schtroumpf !

    Une vie à schtroumpfer, biographie en images de Peyo (1928-1992), Vincent Odin. Editions Daniel ...

    Star Wars, le retour de la farce

    Fluide glacial des étoiles: la farce cachée de la force, collectif. Editions Fluide glacial, ...

    Encore du très bon temps avec Azimut

    Azimut, tome 2: que la belle meure, Jean-Baptiste Andreae (dessin), Wilfrid Lupano (scénario). Editions ...

    Une page blanche bien remplie

    Cases blanches, Olivier Martin (dessin), Sylvain Runberg (scénario). Editions Grand Angle / Bamboo, 82 ...

    Noir, c’est noir !

    Stumptown, tome 1 : Disparue, Greg Rucka et Matthew Southworth. Editions Delcourt, 144 pages, 14,95 ...

    Le bateau de Thésée, à contre-courant et à contre-temps

    Le bateau de Thésée, tomes 1 et 2, Toshiya Higashimoto (scénario et dessin). Editions ...