La Guerre des Lulus sous une autre perspective

    La guerre des Lulus, La perspective Luigi, t.1, Régis Hautière, Damien Cuvillier. Editions Casterman, 64 pages. 13, 95  €.

    Les « Lulus » ont survécu à la Grande Guerre, mais ils n’en ont pas encore fini avec elle. Une parenthèse de neuf mois restait obscure dans l’aventure de ces quatre orphelins picards, bientôt rejoints par une jeune fille belge Luce, abandonnés en zone occupée, survivant dans la forêt axonaise, se cachant un temps au Familistère de Guise, puis qu’on retrouva en Belgique et dans les Ardennes, jusqu’à l’Armistice qui les laissa séparés.

    Objet d’une grande ellipse, entre les tomes 3 et 4, c’est cette parenthèse entre le printemps 1916 (lorsqu’ils s’enfuirent du Familistère dans un train censé aller en Suisse et qui les laissa à Berlin) et le début 1917 (où on les retrouva en Belgique) qui est développée dans cette Perspective Luigi, dont le tome 1 vient de paraître.

    Débarqués donc à Berlin, les Lulus mettent un certain temps à comprendre ce qui leur arrive. Heureusement, pris pour des Suisses Allemands, ils vont parvenir à se faire adopter par une bande de gamins des rues, qui squattent une vaste bâtisse dans la capitale allemande. Avec eux, Ludwig, Lucien, Lucas et Luigi vont vivre des péripéties rocambolesques, et tragiques lorsqu’ils finissent par se faire arrêter.

    C’est cette fois Luigi qui raconte ces péripéties, vingt ans plus tard, interrogé par un journaliste venu spécialement le rencontrer à Amiens.

    Cette double temporalité donne le rythme, et un autre rythme au récit. Très dynamique, voire parfois burlesque dans la partie berlinoise de 1916, l’histoire prend une tonalité plus mélancolique lors des dialogues amiénois, en 1936.

    Une différence inscrite aussi à travers le traitement graphique, en lavis plus sépia pour la partie « actuelle » (des années 1930) et en couleurs plus vives, similaires au récit principal pour l’épisode berlinois.

    Ce nouveau rebond imaginé par Régis Hautière s’insère en tout cas très bien dans la trame générale. Au point même que le changement de dessinateur, avec l’arrivée pour ce diptyque, d’un autre Amiénois, Damien Cuvillier pourra passer inaperçu à certains. L’auteur de La Guerre secrète de l’espace apporte bien sur sa patte sur le récit, avec un style mêlant réalisme et précision des décors et légère caricature pour les personnages.

    Des personnages, notamment les « Lulus », en tout cas égaux à eux-mêmes et que l’on retrouve avec un grand plaisir. Plaisir redoublé par l’intérêt d’aborder la Grande Guerre dans une perspective justement assez originale, c’est-à-dire vue du côté allemand.

    Et on n’a pas fini d’entendre parler des « Lulus », puisque Régis Hautière et Hardoc ont décidé de continuer à raconter « l’après-guerre des Lulus ». Pour l’instant, écoutons déjà Luigi.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Jules et Jim au temps des nanotechnologies

    Presque maintenant, Cyril Bonin. Editions Futuropolis, 72 pages, 17 euros. C’est un peu Jules ...

    Côte ouest

    Patxi Babel, tome 2: Maïtasun, Pierre Boisserie (scénario), Georges Abolin (dessin). Editions Dargaud, 48 ...

    Un thriller à la Page

    PAGE NOIRE Ralph Meyer, Frank Giroud et Denis Lapière, ed.Futuropolis, 104 p., 17 euros. ...

    Avec Fabcaro, l’union fait la farce

    Moins qu’hier (plus que demain), Fabcaro. Editions Glénat, coll. GlénAAARG!, 64 pages, 12,75 euros. ...

    Ecoliers et élus redécouvrent la Grande Guerre par la bande à Saint-Quentin

    Lancement en force de l’album “Raconte moi la Grande Guerre à Saint-Quentin en bande ...

    Autant en rapporte le temps

    Time is money, l’intégrale, Fred (scénario), Alexis (dessin). Editions Dargaud, 208 pages, 29 euros. ...