La Petite Bédéthèque, côté femmes

    La petite Bédéthèque des savoirs.

    tome 10 : histoire de la prostitution de Babylone à nos jours, Laurent de Sutter (textes), Agnès Maupré (dessin),
    tome 11 : le féminisme en 7 slogants et citations, Anne-Charlotte Husson (textes), Thomas Mathieu (dessin).

    Après l’art, le deuxième diptyque de cette nouvelle série de la Petite bédéthèque des savoirs se consacre à l’oppression des femmes. Une thématique traitée sous deux angles bien différents, certes, mais pas forcément totalement distincts.

    Premier angle, La prostitution, donc, sujet « sensible » voire « sulfureux » qui suscita pas mal de réactions, comme l’explique David Vandermeulen, directeur de la collection, dans la subtile introduction – comme toujours – à l’album…

    L’entrée se fait en 1946 avec l’interdiction des bordels par Marthe Richard, occasionnant une rupture avec une pratique traditionnelle remontant à l’antiquité et à Sumer. Par étapes, le récit effectue un voyage chronologique et géographique, passant d’Athènes à Rome, puis à Florence au Moyen-âge, Venise à la Renaissance pour s’achever à Lyon en 1975 avec le mouvement des prostituées, qui va acquérir une visibilité nationale en occupant une église (à noter que le mensuel Lyon Capitale de décembre propose aussi un récit graphique détaillé de cet épisode).
    Laurent de Sutter manifeste une connaissance assez encyclopédique et une vraie capacité de vulgarisation, bien relayée par les dessins subtils et légers, à l’aquarelle, d’Agnès Maupré. Jamais scabreux, ce petit ouvrage en apprend donc beaucoup sur le sujet et la manière dont le monde des hommes à regardé et organisé ce “plus vieux métier du monde”. Et, avec le Nouvel Hollywood de Jean-Baptiste Thoret, c’est peut-être l’ouvrage qui s’élève le plus au-dessus de la compilation ou du résumé didactique (qui peuvent être très intéressants) pour s’inscrire comme un vrai petit essai sur le sujet.

    Le rapport de domination hommes/femmes est également au coeur, plus encore, de l’autre ouvrage sur le féminisme. Actant de la complexité du sujet ou même de sa simple définition, Anne-Charlotte Husson et Thomas Mathieu l’abordent donc de biais, à travers sept slogans ou citations, d’Olympe de Gouges proclamant que si “La femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune“, jusqu’à “Ne me libère pas, je m’en charge“, donnant la parole à plusieurs jeunes féministes. Entre les deux, et les deux époques, on aura croisé Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi, évoqué le viol ou la violence sexuelle doublée de la violence raciale aux Etats-Unis. Pas inintéressant du tout, mais sans la fluidité et la profondeur de l’album de Sutter et Maupré. Et le dessin de Thomas Mathieu, simpliste ou minimaliste (pour rester dans l’univers déjà abordé par la collection) se contente d’illustrer assez platement les thèses évoquées. A défaut de faire progresser celle de la bande dessinée, ce petit ouvrage fait quand même avancer les idées féministes. Ce qui est le but premier recherché ici.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Patrick Prugne et ses Iroquois aux sources de l’Amérique

    Iroquois, Patrick Prugne. Editions Daniel Maghen, 104 pages, 19,50 euros. Deux ans après Pawnee, ...

    Où vivent les hommes

    [media id=24 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Louca gagne le premier match

    Louca, tome 4: l’espoir fait vivre, Dequier. Editions Dupuis, 56 pages, 15,90 euros. Ado ...

    Le verre à moitié vide

    In vino veritas, tome 2: Toscane, deuxième partie, Luca Malisan (dessin), Eric Corbeyran (scénario). ...