L’affaire Clearstream enfin éclaircie

    L’affaire des affaires, tome 4 : Justice, de Denis Robert et Laurent Astier, éditions Dargaud, 152 pages, 16,95 euros. Sortie le 25 novembre 2011.

    Tout ce que vous avez jamais voulu savoir de l’affaire Clearstream sans jamais osé le demander (et surtout le comprendre), c’est un peu l’ambition de la série de l’Affaire des affaires.
    Autobiographie malgré elle, thriller économique, récit judiciaire, auto-analyse du travail journalistique et des manipulations politiques, l’affaire Clearstream contée par Denis Robert s’achève avec ce nouveau volume en d’épilogue et de rappel des faits.

    Ce quatrième (et dernier) album raconte donc comment Denis Robert, ayant dévoilé – ou cru le faire – le mécanisme des caisses de compensation et notamment celui de la société luxembourgeoise Clearstream, s’est retrouvé plongé dans la tourmente de l’affaire “Clearstream 2”, c’est-à-dire du scandale du faux listing de prétendus bénéficiaires de comptes dans des paradis fiscaux, dont Nicolas Sarkozy. Mis en examen, poursuivi par de multiples plaintes, jugé, l’ancien journaliste de Libération sera finalement blanchi des accusations portées contre lui.

    Avec lucidité, et forcément, sa part de subjectivité, Denis Robert reprend donc ici tout le récit de ces huit dernières années, où il va avoir sur le dos “des banques, une multinationale, une vingtaine d’avocats, le Parquet luxembourgeois, un troupeau de journalistes, où (il sera) écouté et filé par la DST“, bref où il va se retrouver sans vraiment l’avoir voulu au centre d’une vraie affaire d’Etat.

     Un interminable moment d’aveuglement

    Il le fait sans jouer au héros – et le dessin précis et sobre de Laurent Astier renforce cet aspect de bd-reportage au plus près de la réalité – et avec l’expression d’une grande sincérité. Un long travail de restitution tout aussi psychologique que journalistique qui comprend sa part d’amertume, celle de voir son travail d’enquête sur les dessous du monde financier (au coeur de ses ouvrages) occulté par les rebondissements successifs de cette affaire politico-financière : “En pleine crise financière, alors que la régulation du capitalisme est au coeur de tous les débats, que les Etats n’arrivent plus à régler leurs dettes, que les banquiers continuent à jouer au bonneteau grâce à leurs comptes cachés, l’Histoire retiendra que la France a appelé “Clearstream” la guerre intestine entre un président de la République et son rival. Comme un long mirage collectif, un interminable moment d’aveuglement.”. Au final, Denis Robert en tire néanmoins une conclusion volontariste et combative, le fait d’avoir pu faire “bouger le curseur en matière de liberté d’expression“, d’avoir pu quand même faire plier un géant de la finance “en se servant de sa tête, de ses mains et de ses crayons“. Et de conclure qu'”il ne faut jamais cesser d’y croire“.

    En tout cas, avec cet “album des albums” de L’Affaire des affaires, on a, enfin, l’impression d’avoir compris quelque chose à cette obscure affaire Clearstream 2. Et ce n’est pas le moindre intérêt de ce roman graphique !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Vous aimerez également peut-être

    Un Florange passe

    Florange, une lutte d’aujourd’hui, Tristan Thil (scénario), Zoé Thouron (dessin). Editions Dargaud, 188 pages, ...

    Tolkien, à la guerre comme naguère

     Tolkien, Eclairer les ténèbres, Willy Duraffourg (scénario), Giancarlo Caracuzzo (dessin), Flavia Caracuzzo (couleurs). Editions Soleil, ...

    Une réalité aussi froide que la guerre du même nom

    Jeu de dames, tome 2, Toldac (scénario), Philan (dessin). Editions Grand Angle (Bamboo), 48 ...

    L’esprit incandescent d’Antonin Artaud

    L’esprit rouge, Antonin Artaud, un voyage mexicain Maximilien Le Roy (scénario), Zéphir (dessin). Editions ...

    Sebring 70, le grand écart

    Sebring 70: la 12e heure, Youssef Daoudi (scénario), Christian Papazoglakis (dessin). Editions Glénat, collection ...

    Vents contraires : une belle plante qui a bien poussé

    VENTS CONTRAIRES, moissons rouges, t.2/2, Régis Hautière et Ullcer, ed.Delcourt, 56 pages, 13,95 euros. ...