L’autre victime de l’assassinat de Trotsky

    LES AMANTS DE SYLVIA, de Gani Jakupi, ed.Futuropolis, 66 p. ,17 euros.

    Fin des années trente, à Barcelone, Paris, Moscou, se met en place l’opération du NKVD qui va aboutir à l’assassinat de Léon Trotsky.

    Au-delà du thème – qui ne se prête pas, a priori, facilement à un traitement BD – l’originalité de ces Amants de Sylvia est de centrer le propos sur celle par qui le drame est arrivé : Sylvia Ageloff, militante trotskiste, dernière secrétaire personnelle du révolutionnaire, victime de la manipulation sentimentale à l’origine du complot qui coûta la vie au farouche opposant de gauche à Staline.

    Cette version romancée – dans ses dialogues – mais très proche de la vérité historique,  expose l’ampleur de la machination menée par les staliniens : comment Jacques Mornard – alias Ramon Mercader – jouant les dandys a pu intégrer le cercle rapproché du fondateur de la IVe internationale, en se servant de Sylvia. Et comment celle-ci va basculer. Victime d’une double trahison, amoureuse et politique.

    Par cette voie oblique, Gani Jakupi, auteur aux multiples talents,  parvient aussi à faire ressentir l’esprit de l’époque. Et ce mélange de paranoïa et de fragile naïveté qui constituait l’environnement du fondateur de l’Armée rouge en son exil mexicain.

    Absurdité, en effet, de voir un homme se faire assassiner avec un piolet dans une maison-forteresse emplie d’hommes en armes, vertige de constater qu’un des leaders les plus lucides sur la situation du monde et des menaces qui pesaient sur lui a pu se laisser abuser au point  de permettre à un quasi-inconnu d’être seul avec lui dans son bureau.

    Le début de ce roman graphique est – forcément – un peu bavard (mais plutôt judicieusement didactique), et il ne faut pas y chercher de l’action. Côté espionnage, on est clairement plus du côté de John le Carré que de James Bond, pour résumer. Le dessin de Jakupi s’avère également un brin rigide et imprécis. Mais cette froideur et ce flou, ainsi que la mise en couleurs originale, restituent l’atmosphère pesante et crépusculaire de l’époque, alors qu’il était « minuit dans le siècle », comme l’écrivait l’année précédente le révolutionnaire russe Victor Serge.

    Cette page d’histoire du XXe siècle est en tout cas exhumée ici avec une grande honnêteté intellectuelle (et enrichie d’un “making-of” de l’album raconté comme une enquête journalistique par son auteur).  Et un traitement d’une belle cohérence graphique.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un Essai d’utopie anarchiste

    L’Essai, Nicolas Debon. Editions Dargaud, 88 pages, 16,45 euros. C’est une surprenante expérience politico-sociale ...

    Grandes aventures dans un monde Minuscule

    Minuscule, tome 1, Tahuto Kashiki. Komikku éditions, 8,50 euros. Voici le premier tome d’une ...

    Or-Azur toujours assure !

    LANFEUST ODYSSEY, t.2, de Christophe Arleston et Didier Tarquin, ed.Soleil, 64 p., 13,50 euros. ...

    Ne jamais demander grâce !

    Sparte, tome 1 : Ne jamais demander grâce, P. Weber, C. Simon. Editions le Lombard, ...

    Un retour XIII attendu et pas si mal négocié

    XIII, tome 20 : le jour du Mayflower, Yves Sente et Iouri Jigounouv, éditions ...

    Il était une fois la France… des Bidochon

    Il était une fois Les Bidochon, 40 ans de bonheur absolu, Binet (and co). ...