Le der des ders de Charlie

    couv_charlie_10La Grande Guerre de Charlie, tome 10 : la der des ders, Pat Mills (scénario), Joe Colqhoun (dessin). Editions Delirium, 112 pages; 22 euros.

    Dixième et dernier volume de cette Grande Guerre de Charlie – grande saga sur la Première Guerre mondiale en bande dessinée, que l’on suit ici avec enthousiasme depuis 2011.

    Après avoir participé à la seconde bataille de la Somme, au printemps, Charlie Bourne, devenu caporal, vit ses derniers mois sur le front ouest. En cet été 1918, Il combat désormais aux côtés des troupes américaines, et subit de nouveau la présence de son ennemi, le capitaine Snell, toujours aussi fanatique et franchement dérangé. Pour eux, le conflit sera sanglant jusqu’au dernier jour. Et même après l’Armistice, puisque Snell a inscrit frauduleusement Charlie comme “volontaire” pour rejoindre le corps expéditionnaire britannique envoyé en Russie combattre les bolcheviks.
    Là-bas, sur le front d’Arkhangelsk, au nord du pays, Charlie Bourne va encore combattre bravement, même s’il s’interroge de plus en plus sur le bien fondé de cet engagement. Et il aura à se confronter, en plus de la grippe espagnole, au légendaire chef bolchevik Spiridonov, qui fait régner la terreur parmi les troupes blanches avec son train blindé…

    gal_charlie10_01Trois ans de guerre pour Charlie Bourne (de juillet 1916 à l’automne 1919), mais quatre ans et demi de passés (et dix tomes !) depuis la parution du premier volume de cette belle édition française de Charley’s War.
    Au fil des albums, biens des aspects méconnus du conflit sont mis en valeur, comme la “guerre des tunnels”, la mutinerie d’Etaples ou dans ce dernier volume le combat contre-révolutionnaire des britanniques en Russie, sans que soient oubliés les grands épisodes historiques que sont la bataille de la Somme, Verdun ou Ypres. Parvenu au terme de la saga, la réussite apparaît encore plus impressionnante.

    Le talent, voire le génie, de Pat Mills et du dessinateur Joe Colqhoun est d’être parvenu à intégrer ces éléments historiques – soigneusement documentés et méticuleusement retranscrits – et cette vision clairement engagée et antimilitariste dans le format classique du pulp magazine, de la publication de bande dessinée populaire. Avec des épisodes très courts, souvent plein d’action (et parfois même d’action très rocambolesque), de rebondissements et une sorte de super-héros ordinaire qui parvient toujours à se sortir des pires difficultés mais sans aucune prétention héroïque. Un vrai “working class hero“, comme le chantait John Lennon.

    Dans le texte de postface qui clos ce dixième album, rédigé en mars 2013, Pat Mills s’arrête longtemps sur cet aspect et dévoile son ambition radicale, celle d’égratigner le “mythe” militariste du “sacrifice” et de la grandeur de ces combats. Il revient aussi sur le paradoxe de sa série : “Charley’s War, l’histoire la plus populaire jamais publiée dans Battle, démontre qu’il est possible d’écrire une série passionnante, opposée à la guerre et à l’establishment, sur un jeune homme pas très malin issu des quartiers pauvres qui soit en tout point aussi passionnante que les histoires concernant ceux qui lui sont “supérieurs”. Cela relève aussi que les lecteurs préfèrent une histoire opposée à la guerre à d’autres récits pro-guerre forts dans un illustré de guerre...” A l’inverse, La Grande Guerre de Charlie montre que l’on peut aussi produire de la BD populaire et commerciale sans abdiquer ses ambitions.
    Une jolie leçon inscrite à travers une épopée qui s’inscrit comme l’équivalent anglais magistral à l’oeuvre de Tardi sur 14-18.

    Il faut enfin saluer, une dernière fois, le travail effectué par Laurent Lerner et son label Délirium pour avoir exhumé la série, l’avoir traduite de belle manière et lui avoir consacré un écrin éditorial à la hauteur de sa qualité historique et graphique.

    Charlie_10_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le retour théâtral des Spectaculaires

    Les spectaculaires, tome 2: la divine amante, Régis Hautière (scénario), Arnaud Poitevin (dessin). Editions ...

    Introspection nipponne ni mauvaise

    Un thé pour Yumiko, Fumio Obata. Editions Bayou, 160 pages, 19 euros. Installée depuis ...

    L’Ekhö du sud profond et de l’intégrisme religieux

    Ekhö, monde miroir, tome 6: Deep South, Christophe Arleston (scénario), Alessandro Barbucci (dessin). Editions ...

    R.U.S.T., combats rapprochés

    Rust, tome 2: Grey Day, Luca Blengino (scénario), Nesskian (dessin). Editions Delcourt, 144 pages, ...

    Camus, un homme révolté dans le siècle

    Camus, entre justice et mère, José Lenzini (scénario), Laurent Gnomi (dessin), Editions Soleil, 120 ...

    Centenaire 14-18: Premières Traces dessinées parmi nous à Amiens

    Amiens affiche sur ses murs quatre dessins d’auteurs de bande dessinée, sur le thème ...