Le fantôme amoureux

    Hôtel particulier, Guillaume Sorel. Editions Casterman, 104 pages, 17 euros.

    De nos jours, lassée d’une vie banale et sans amour, une jeune femme se suicide. Mais la mort n’est pas le point final à son existence. Son fantôme va hanter l’immeuble où elle est morte. Pas de chaine, ni de suaire effrayant, seulement une entité consciente mais évanescente que personne  ne voit. Personne sauf un matou bavard impénitent. Pour « tuer » le temps et sans mauvaise intention, le fantôme va explorer l’immeuble et découvrir ses voisins.  Ici, un couple illégitime s’abandonne aux joies de l’adultère pendant que le mari, caché dans une armoire, joue les voyeurs. Là, des parents s’interrogent sur la disparition de leur fillette, ailleurs encore, un misanthrope se livre à des orgies livresques ou encore un jeune peintre sans le sous qui attire irrésistiblement le fantôme…

    Si vous pensez que le fantastique doit faire peur, ne lisez pas cet ouvrage ! C’est avec un fantastique léger, sans outrance ni recherche d’effet de style gothique oppressant, que Guillaume Sorel nous donne ici une œuvre majeure. Son récit, tout en empathie et en délicatesse, est un poème  offert à l’amour qui, finalement, triomphe de tout. Un poème qui chante en même temps la légèreté de l’être et la vacuité des choses dont le côté romantique est encore accentué par les vers de Rimbaud, de Baudelaire ou d’autres citations qui s’intègrent au récit sans le boursouffler.

    La mise en images toute en sépia dans un lavis parfaitement maitrisé accentue encore cet aspect à la fois poétique et onirique ou fantasmatique. Une BD hors courant pour un conte fantastique d’aujourd’hui. Incontournable pour les amateurs.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Siné, un grand dessin tout tracé

    Siné, 60 ans de dessins, François Forcadell, Stéphane Mazurier, préface de Guy Bedos. Editions ...

    Pour l’amour des siens

    Les chevaux du vent, tome 2, Lax et Fournier. Editions Dupuis, Collection Aire libre, ...

    (Game) Overlord : le débarquement a mal commencé

    Opération Overlord, tome 1: Sainte-Mère l’église, Michaël Le Gall, Davide Fabbri, éditions Glénat, 48 ...

    Noë en attendant le déluge

    Noé, tome 2: Tout ce qui rampe, Darren Aronofsky, Ari Handel, Niko Henrichon, éditions ...

    Adolescence lunaire

    Moonhead et la Music Machine, Andrew Rae. Editions Dargaud, 176 pages, 22,50 euros. Lunaire, ...