Prométhée, tome 8 : Necromanteion, Christophe Bec, Stefano Raffaele, éditions Soleil, 48 pages, 13,95 euros.

    Onzième jour – et huitième album – depuis le début des catastrophes qui se sont abattues sur Terre, à la date fatidique de 13h13, en cette année 2019. Une bonne partie des mystères qui enveloppaient les débuts de la série sont désormais levées. Le risque d’invasion extraterrestre se précise. Au point où le gouvernement se prépare à lancer son projet destiné à sauver quelques rares “élus”, en sacrifiant 99% de la population. Mais le secret est éventé par un courageux journaliste et la situation se dégrade encore. Pendant ce temps, de “l’autre côté du miroir”, dans un futur indéterminé, les rescapés tentent une expédition pour retrouver leur époque. Une tentative qui réservera encore une surprise de taille.

    Arrivée désormais à ses deux tiers (8 albums sur 12), cette grande saga de SF parvient encore à captiver comme à ses débuts. Même si le procédé est connu – et bien rôdé – l’imbrication des différents itinéraires et époques (on retrouve ici pour quelques planches sans doute prophétiques le Prométhée de l’époque mythologique) envoûte toujours. Entre paranoïa et suspense grandissants. Et si Stefano Raffaele manque toujours un peu de précision dans le dessin des personnages (un peu perturbant vu leur nombre), il dessine quelques cases stupéfiantes sur le “monde paralèlle” (ou du futur) post-apocalyptique. Une étape encore brillamment franchie avant de pénétrer “dans les ténèbres” (titre du prochain volume, dont Christophe Bec dévoile trois planches sur son blog). Deux jours seulement avant l’arrivée des extraterrestres, au 13e jour…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dog Fights atterrit bien

    Dog fights, tome 3 : hallali, Fraco, Régis Hautière, éditions Paquet, 48 pages,  L’envol ...

    Ma voisine a du chien

     Le chien de la voisine et le retour du chien de la voisine, , ...

    Le rire par delà le lesbien et le mâle

    La lesbienne invisible, Océanerosemarie (scénario, avec Murielle Magellan), Sandrine Revel (dessin), éditions Delcourt, 112 ...

    Les fous furioso de Dieu

    Furioso, Lorenzo Chiavini, éditions Futuropolis, 136 pages, 20 euros. Alors que le monde est ...

    La der des ders pour l’Ambulance 13 aussi

    L’ambulance 13, tome 9: Pourquoi ? Patrice Ordas (scénario), Alain Mounier (dessin). Editions Grand ...

    De Gaulle prend le pouvoir

    Charles de Gaulle, tome 3: 1944-1945, l’heure de vérité, Jean-Yves Le Naour (scénario), Claude ...