Le plein d’idées noires

    Mondes obliques_couvRéalités obliques, tome 2 : mondes obliques, Clarke. Edition du Lombard, 160 pages, 16,45 euros.

    Un an après Réalités obliques, Clarke continue à voir le monde de travers, ou plutôt de manière absurde, fantastique et vaguement inquiétante. Et dans un style très différent de ses autres séries.
    Il y avait déjà eu, dans le tome 1, une femme vivant un jour sur deux, un homme existant “en différé”, une noyade perpétuelle, des ombres maléfiques, une femme enterrée vivante, etc. Cette fois encore, de drôles de créatures apparaissent, toujours au fil d’histoires courtes en trois ou quatre planches : une “femme éphémère” bien décidée à marquer son court passage sur Terre, un ventriloque prêt à donner de soi pour rendre sa marionnette parfaite, une ombre meurtrière, un malade victime d’un cruel pacte faustien, un individu dépourvu d’âme, une autre enfermée dans une toile de maître…

    Le premier essai, l’an passé, séduisait par sa forme graphique, avec des noirs et blancs très contrastés faisant songer à Marc-Antoine Matthieu, dont Clarke épousait aussi un peu la logique dans l’absurde. Mais le résultat tournait à vide, tombait à plat. Et les remerciements à Rod Sterling (La Quatrième dimension), Jean Ray, Edouard Hopper, Richard Matheson ou J.G.Ballard s’avéraient finalement surtout écrasantes.

    Celles qui ouvrent ce deuxième tome ne le sont pas moins (Lewis Carroll, Dino Buzzati, Philip K.Dick, De Chirico, etc). Mais cette fois, en noircissant le ton, en donnant plus de chair et de relief à ses personnages (même s’ils baignent tous dans une logique autodestructrice quand ce n’est pas meurtrière), on apportant chaque fois à ses histoires une chute bien sombre, Clarke emporte la partie. Comme un prolongement réussi aux célèbres Idées noires de Franquin, l’humour en moins, un certain fantastique fantasmatique en plus. Et cela permet d’apprécier d’autant plus la performance graphique (et un brin “oubapienne”) de mener chaque récit strictement en quatre pages de quatre cases.

    Mondes obliques_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Olivier Tallec est de retour

    Je reviens vers vous, Olivier Tallec. Editions Rue de Sèvres, 56 pages, 14 euros. ...

    Un voyage en Satanie diablement bien réussi

    Satanie, Fabien Vehlmann (scénario), Kersacoët (dessin). Editions Soleil, coll. Métamorphose, p.128 pages, 22,95 euros. ...

    Une belle leçon de vérité sur la guerre

    Notre Mère la guerre, tome 4: Requiem, Kris, Maël, éditions Futuropolis, 64 pages, 16,25 ...

    Le Gars d’Hebdo, Tofépi au plus près de l’info

     Le gars d’hebdo, Tofépi. Editions de l’Association, 80 pages, 15 euros. Récemment non-diplômé d’une ...

    La faune de Mutafukaz s’enrichit d’une louve folle

     Mutafukaz : Loba Loca, Run (scénario), Guillaume Singelin (dessin). Editions Ankama, 32 pages, 3,90 ...