Le Postello, en quête d’art

    Le Postello_couvLe postello, Hervé Richez (scénario), Winoc (dessin). Editions Grand Angle / Bamboo, 113 pages, 18,90 euros.

    Comment un ex-mannequin dans le monde de la mode parisienne des années 1990 en est-il devenu à vouer son existence à l’art pictural, c’est le cheminement de ce one-shot. Jeune homme à la vie facile, Stéphane K. a le coup de foudre pour une sérigraphie d’Andy Warhol. Cette fascination va changer sa vie. D’abord courtier pour un antiquaire du marché aux puces parisien, il devient associé à un marchand de tableaux. Et tandis qu’il entre à l’école du Louvre, il tombe sur une nouvelle oeuvre qui va bouleverser son existence: un tableau représentant une scène équestre et des chevaux “aux gros culs” dans lesquels il croit reconnaître le style d’Edgar Degas et un “modello”, travail préalable à un tableau du musée de Boston. Mais des détails détonnent, notamment un style plus abstrait laissant penser à un “postello”, comme une ébauche postérieure à l’oeuvre. A moins qu’il ne s’agisse d’une vulgaire copie. La recherche de la vérité va l’entraîner dans une longue enquête, en forme de quête personnelle, qu’il paiera cher…

    C’est “une histoire vraie” précise la couverture. Et une belle histoire, telle que l’évoque Hervé Richez dans la préface. Née d’une rencontre fortuite entre l’auteur et Béa, la femme de Stéphane K. sur le parking d’une gare routière, à la poursuite d’un bus reparti avec à bord un sac de la jeune femme. C’est en remerciement de cette aide que Hervé Richez sera invité au domicile de Béa et Stéphane, qu’il verra le fameux “postello” et que son propriétaire lui contera sa fascinante histoire.

    Il y a dans l’anecdote de départ de toute cette histoire et la farouche détermination à ne pas lâcher prise comme un parallèle avec le rapport entre Stéphane K. et son tableau. Même si les modifications dramaturgiques apportées aux personnages embellissent ou accentuent sans doute la réalité de tout cela.

    Si le récit met un peu de temps à se mettre en route, il vaut la peine de s’y accrocher, lui aussi. Car l’enquête menée dans les milieux de l’art, entre décryptage des réseaux d’experts, des musées et expertises scientifiques, est passionnante et révèle un milieu méconnu, celui des marchands de tableaux et des passionnés d’art. Un milieu montré sans fioritures mais avec une précision bienvenue à travers le dessin léger et expressif de Winoc.

    L’implication personnelle du héros dans cette quête a en tout cas quelque chose de fascinant, comme une emprise du tableau sur la vie de Stéphane K. Et si cette entreprise traduit, comme l’explique le personnage “la reconnaissance de tout mon travail aussi, et de mon expertise“, elle s’accompagne d’une certaine amertume devant le prix à payer dans sa vie personnelle.

    [youtube]http://youtu.be/LppuozgNua0[/youtube]

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • CRUCHET PATRICK

      Bonjour,
      Je viens de decouvrir cette histoire du Postello se Stephane K.
      J’ai bien entendu orde le livre.
      j’habite les USA. et je suis dans la meme situation que Stephane K.qui de surcroit pour le même peintre,
      J’aimerais que vous puissiez donner mon adress e mail a Stephane car j’aimerais m’entretenir avec lui pour son tableau et le mien.
      Tres cordialement.
      Patrick

      • Daniel Muraz

        le plus simple sera de passer par son éditeur. Je vous transmets son adresse mail

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dans l’enfer de l’après guerre de Sécession

     Après l’enfer, tome 1: Le jardin d’Alice, Damien Marie (scénario), Fabrice Meddour (dessin et ...

    L’ambulance 13 sur le front d’Orient

    L’ambulance 13, tome 7: les oubliés d’orient, Patrice Ordas (scénario), Alain Mounier (dessin). Editions ...

    Ballon d’essai sur fond de crépuscule de la guerre froide

    Luftballons, tome 1: Able Archer 83, Jean-Pierre Pécau (scénariste), Maza (dessinateur). Editions Delcourt, 56 ...

    Des pavés pour la plage…

    Retour sur quelques (beaux) livres sur le 9e art, parus dernièrement et jamais évoqués ...

    Le Transperceneige explore une nouvelle voie

    Transperceneige, terminus, Olivier Bocquet (scénario), Jean-Marc Rochette (dessin). Editions Casterman, 232 pages, 25 euros. ...

    L’Ekhö du sud profond et de l’intégrisme religieux

    Ekhö, monde miroir, tome 6: Deep South, Christophe Arleston (scénario), Alessandro Barbucci (dessin). Editions ...