Le sens de la vie en ville

    ScanImage001Les Spectateurs, Victor Hussenot. Editions Gallimard, 96 pages, 18 euros.

    Dans une grande ville comme Paris, l’Homme revêt le costume d’Untel ou d’Unetelle. Vu d’en haut, qui pourra s’en émouvoir ou même s’en préoccuper ? Le métro, que certains ont beau prendre chaque jour à la même heure, peu ou prou, est rempli d’anonymes. D’êtres auxquels ont n’adresse pas la parole, que l’on fait mine d’ignorer. Pourtant, tous les voyageurs ont beaucoup de points communs. Ne serait-ce que par le partage de la mémoire collective. De même, combien, étant enfants, ont frémis à la lecture de Tintin ou de Spirou ?
    Certains citadins aiment à observer les ombres dans la nuit. Des ombres anonymes dont nous faisons partie. Ne sommes nous pas aussi interchangeables et insignifiants que des pièces d’euro ? Pourquoi serions-nous indispensables et singuliers ? Si nous sortons du cercle familial et amical qui peut se targuer de ne pas être un anonyme parmi tant d’autres?

    victor hIl y a des livres dont on sait dès le début de la première lecture qu’ils resteront auprès de nous toute notre vie. De temps à autres, nous le ressortiront, que ce soit pour un simple coup d’oeil songeur ou pour une relecture complète. Les Spectateurs de Victor Hussenot est de ceux-là pour moi.

    Gros coup de coeur pour cet ouvrage singulier dans lequel l’auteur nous invite à réfléchir à nos existences citadines, notre impact individuellement sur le monde, la trilogie passé-futur-présent. Il nous convie à observer les ombres anonymes dont nous faisons partie. Une narration et une réflexion pour lesquelles l’aquarelle convient particulièrement. En effet cette peinture à l’eau a quelque chose de magique lorsqu’elle est finement utilisée. Lors de la réalisation et même une fois sèche, elle a sa propre vie. A la manier, on apprend, au bout d’efforts et de persistance, à l’apprivoiser mais elle garde toujours une part de liberté. C’est à partir de là qu’elle prend vie et danse sur les pages, donnant également l’impression de dissimuler mille mystères. La fragilité vacillante et délicate de l’aquarelle est propice à l’évasion. Et le travail de Victor Hussenot est d’autant plus léger qu’on ne décèle aucun trait de crayon. La couleur n’est donc enfermée dans aucun carcan.
    L’aquarelle est donc idéale pour cet ouvrage tendant à faire réfléchir le lecteur sur le sens de nos existences urbaines. L’humain tend à se détacher de sa condition animale et prétend être supérieur. Mais vu d’en haut, lorsque l’on prend de la hauteur, une ville n’est-elle pas similaire à une fourmilière grouillante d’anonymes? D’individus interchangeables? D’ailleurs ne dit-on pas nos semblables pour parler des autres humains?
    Victor Hussenot sème ainsi des petites pistes de réflexion, incite à prendre de la hauteur. Bien sûr, il ne se vante pas d’avoir les clés du savoir ni de donner de réponses aux questionnements posés. A chacun ensuite de s’interroger, d’observer, de changer de point de vue, encore et encore. Même si à la fin, nous ne saurons toujours pas ce que nous faisons sur terre. Mais il est important de réfléchir à quelle est notre place dans une ville, un pays et même l’univers.

    Par ailleurs, Victor Hussenot propose sur son site de découvrir son travail, notamment sur cette oeuvre.

    victor

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dramatique histoire Damour

    Jacques Damour, Vincent Henry (scénario), Gaël Henry (dessin). Editions Sarbacane, 144 pages, 19,50 euros. ...

    Au nom du père

    Profession du père, Sébastien Gnaedig d’après le roman de Sorj Chalandon. Editions Futuropolis, Futuropolis ...

    Le temps, c’est du rêve avec Azimut

    Azimut, tome 3: les anthropotames du Nihil, Wilfrid Lupano (scénario), Baptiste Andreae. Editions Delcourt, ...

    Jean-Marc Rochette au sommet

    Ailefroide, Jean-Marc Rochette (scénario et dessin), Olivier Bocquet (scénario). Editions Casterman, 296 pages, 28 ...

    Zerocalcare, un auteur à ne pas oublier

    Oublie mon nom, Zerocalcare. Editions Cambourakis, 240 pages, 23 euros. Oublie mon nom est ...

    Noé dans un déluge de violence

    Noé, t.3: Et les eaux envahirent la Terre et Noé, t.4: celui qui verse ...