Le temps de vivre une journée (très) noire

    Le temps de vivre, de Stéphane Piatzszek et Séra, éditions Futuropolis, 128 pages, 20 euros.

    Un roman noir, très noir – sous tous les aspects – et une densité extrême au mètre carré. Le temps de vivre se passe en effet dans un périmètre des plus restreints, entre un bar faisant face à un entrepôt, pas très loin d’une vieille usine et d’un bordel. Unité de lieu et aussi unité de temps, car le récit se déroule sur une seule journée, qui va condenser la tragédie de tous les personnages. D’un côté, Séva, ex-sniper durant le conflit yougoslave, officiellement gardien de l’entrepôt et surtout homme de main de Mario, le caïd du coin ; de l’autre Mona, ex-pute, tenancière du bar, “femme” de Mario, que Séva aime. Au milieu, Mario qui propose un dernier coup à Séva: tendre un guet-apens à Willy, un autre petit caïd qui veut empiéter sur son territoire. Aspirant à fuir cet endroit minable avec Mona et sa fille, Séva accepte. Cela se finira mal. Très mal…

    Après Fête des morts, Stéphane Piatzszek livre de nouveau une histoire urbaine, violente, sèche et abrupte. Mais ce qui n’aurait pu être qu’un roman noir de plus, archétypal et efficace, est vraiment transcendé par le travail graphique de Séva (de son vrai nom Phouséra Ing, d’origine cambodgienne, marqué par la folie des khmers rouges, qu’il a raconté dans Impasse rouge puis l’eau et la terre). Un dessin d’une sombre beauté – renforcé encore par plusieurs planches sur fond noir – avec des cases semblables à autant de petits tableaux photo-réalistes retouchés, et des cadrages étonnants. De quoi faire d’une histoire universelle un album très singulier.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Seuls” sort le grand jeu

    Seuls, tome 10: la machine à démourir, Fabien Vehlmann (scénario), Bruno Gazzotti (dessin). Editions ...

    Des bleus à l’âme en terre rouge

    N’embrassez pas qui vous voulez, Marzena Sowa et Sandrine Revel. Editions Dupuis, 152 pages, ...

    Scout pas toujours prêt

    Totem, Nicolas Wouters (scénario), Mikaël Ross (dessin). Editions Sarbacane, 160 pages, 22,50 euros. Pas ...

    Bettencourt toujours

    TOUT LE MONDE AIME LILIANE, de Laurent Léger et Riss, ed. Les Echappés/Charlie Hebdo, 64 ...

    La biquette du Traquemage s’achève

    x Traquemage, tome 3: Entre l’espoir et le fromage, Wilfrid Lupano (scénario), Relom (dessin). ...

    Noir, c’est noir…

    Tyler Cross, Brüno (dessin), Fabien Nury (scénario), éditions Dargaud, 104 pages, 16,95 euros. Après ...