Le jour où la vache a éternué,le jour ou la vache a eternue_couverture James Flora, Hélium (Actes Sud), 48 pages, 14,90 euros.

    Il y a fort à parier que ta vache n’a jamais fait un trou dans le mur de l’école en éternuant. Notre vache, si. Notre vielle vache a éternué si fort qu’elle a détruit la mairie, saccagé le zoo, et terrorisé toute la ville de Sassafras.” Bien entendu, la vache n’a pas fait ça toute seule. La pauvre a attrapé froid à cause de Fletcher, petit garçonnet distrait par l’apparition d’un lapin. La suite ? C’est le fameux effet papillon. Une chose en entraîne une autre, puis encore et encore une autre.

    L’éternuement réveille une souris. Le chat vois la souris, se jette sur elle, la manque et atterri sur la chèvre. Commence alors une course folle, sur une moto de policier, puis une locomotive. l’équipée formidable casse tout sur son passage, libère tous les animaux du zoo, mais bien sûr l’aventure ne s’arrête pas là. Les situations seront de plus en plus énormes. La boule de neige n’en finira de grossir jusqu’au patatras final..

    Ça fuse dans tous les sens et les gags défilent en cascade. Le tout dans un graphisme très cartoon à l’ancienne. Et pour cause, cette histoire a été écrite en 1960 par l’américain James Flora. Elle est traduite et éditée en France pour la première fois.

    Les illustrations sont d’origine. Malgré uns structure narrative vieille comme le monde, on ne s’ennuie pas une seconde et on se régale.

    Le jour ou la vache a éternué_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Encore du très bon temps avec Azimut

    Azimut, tome 2: que la belle meure, Jean-Baptiste Andreae (dessin), Wilfrid Lupano (scénario). Editions ...

    Metalfer n’a pas rouillé !

    Metalfer, Stan et Vince (dessin et scénario), Editions Dargaud, 80 pages, 15,99 euros. Cette ...

    Magda, no futur

    L’Apocalypse selon Magda, Chloé Volmer-Lo (scénario), Carole Maurel (dessin). Editions Delcourt, 192 pages, 22,95 ...

    Rouen comme Seine du crime avec Michel Bussi

    Mourir sur Seine, Gaet’s (scénario), Salvo (dessin), d’après le roman de Michel Bussi. Editions ...

    Notre Mère la Guerre : retour aux sources

    Notre-Mère la Guerre, troisième complainte, de Maël et Kris, éditions Futuropolis, 64 pages, 16 euros. ...

    Un très bon western au pays de Germinal

    Les gueules rouges, Jean-Michel Dupont (scénario), Eddy Vaccaro (dessin). Editions Glénat, 120 pages, 20,50 ...