L’énorme horreur est humaine

    Enormous, tome 1: Extinction level event, Tim Daniel (scénario), Mehdi Cheggour (dessin). Editions Ankama / Label 619,

    Une découverte étrange (et tragique pour ses auteurs) est faite dans une grotte de l’Arizona, laissant croire à une attaque biochimique.
    Un an plus tard, de gigantesques et terrifiantes créatures surgissent de terre dans tous le sud ouest des Etats-Unis, provoquant une destruction massive. Ellen et sont amie Megan, deux jeunes femmes vont tenter de survivre dans ce chaos à l’origine mystérieuse…

    Des monstres géants surgis de nulle part, une humanité (en l’occurrence ici les Etats-Unis) basculant dans le chaos et résistant difficilement à l’assaut. Le thème n’a rien de particulièrement original et c’est même là un des grands classiques de la SF depuis l’âge d’or des années 50 et leurs créatures géantes envahissant les écrans, reflet de la peur atomique (comme on le découvrira à la toute fin de cet album, c’est une autre forme d’angoisse, plus contemporaine, qui est à l’origine de ces créatures-ci).
    La thématique a retrouvé une certaine actualité avec Pacific Rim, le film (plutôt raté, mais c’est un autre débat) de Guillermo del Toro, ou la série de bande dessinée R.U.S.T.  Avec Enormous, c’est sous une forme de “rétro-anticipation” qu’elle ressurgit. La construction du récit est en effet très classique, retrouvant les codes du genre, même s’il s’y ajoute un aspect plus original, à travers les difficultés d’acceptation du couple homosexuel formé par Ellen et Megan par sa famille.
    Mais c’est surtout le travail graphique et visuel de Mehdi Cheggour qui interpelle et attire l’attention. Avec un dessin réaliste, très précis et détaillé, spectaculaire même dans les petites cases, qui fait songer parfois aussi à certaines affiches de films de série Z. Le design de ses monstres est particulièrement bien soigné (et vaguement lovecraftien)… tout autant que la plastique de ses héroïnes (même si celles-ci, à la différences des créatures animales se ressemblent un peu trop).
    C’est en tout cas là, une manière assez réussie de renouveler la série B d’anticipation horrifique, façon comics et à grand spectacle.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Viva (España) la vida !

    España la vida, Maximilien Le Roy, Eddy Vaccaro, éditions Casterman, 128 pages, 25 euros. ...

    Negalyod, nouveau souffle de la science-fiction

    Negalyod, Vincent Perriot. Editions Casterman, 208 pages, 25 euros ; édition “luxe” noir et ...

    Le retour de Zombillénium ne manque pas d’air

    Zombillénium, tome 4: la fille de l’air, Arthur de Pins. Editions Dupuis, 48 pages, ...

    Alvin se perd un peu dans le bayou

    Alvin, tome 2: le bal des monstres, Régis Hautière (scénario), Renaud Dillies (dessin). Editions ...

    L’amnésique n’adoucit pas les moeurs

    Trou de mémoire, tome 1 (sur 2) : Gila Monster, Roger Seiter (scénario), Pascal ...

    Le grand moment final du “Grand mort”

    Le Grand mort, tome 8: Renaissance, Jean-Blaise Djian et Régis Loisel (scénario), Vincent Mallié (dessin). ...