L’incroyable périple du Capitaine Thikhomiroff pour se sortir de la guerre civile russe

    Capitaine Tikhomiroff, Gaëtan Nocq. Editions La Boîte à bulles, 192 pages, 28 euros.

    Après la période précédant la prise de pouvoir par les bolcheviks, hier avec Octobre 17, ce Capitaine Tikhomiroff propose lui d’évoquer la suite de l’histoire. Ou du moins, une suite, plus personnelle et intime, à travers l’itinéraire d’un soldat “blanc”, plongé dans l’absurdité violente de la guerre civile, entre “rouges”, “blancs” et “noirs”.

    Alexandre Tikhomiroff s’engage dans l’armée blanche pour satisfaire le souhait de son père, pour qui l’honneur de la famille est en jeu. Il va vite se retrouver confronté à l’horreur de la guerre, les raisons idéologiques du combat laissant place à une simple volonté de survie. Au pointe, même, que le fuyard sera incorporé un temps dans l’Armée rouge. Manquant d’y passer à plusieurs reprises et au terme d’un périple incroyable, le capitaine finira par échouer en Crimée, ou s’agglutinent les restes défaits des troupes blanches. Là encore, il devra faire jouer son instinct de survie afin d’atteindre Gallipoli et la Turquie, qu’il voit comme la fin de sa galère. Il lui faudra encore vivre pas mal de péripéties, sur place, puis en Bulgarie (ou il manque d’être dévoré par des loups ou périr de la malaria) avant d’atteindre la France et de pouvoir conter, à la fin des années 40, son histoire à son fils. Avant que celui-ci, à son tour, moins de quinze ans plus tard, ne connaisse une autre guerre qui ne disait pas son nom, en Algérie.

    Toute proportion gardée, ce travail de Gaëtan Nocq fait un peu songer à celui d’Emmanuel Guibert avec son “ami américain” Alan Ingram Cope. Avec ce nouvel album, l’enseignant à l’école Olivier de Serres poursuit son compagnonnage avec Alexandre Tikhomiroff, débuté avec Soleil brûlant en Algérie, qui contait sa guerre d’Algérie. Cette fois, il est encore question d’une guerre, de plusieurs mêmes, puisque la Première Guerre mondiale va déboucher dans la guerre civile en Russie soviétique. Et s’il s’agit bien toujours d’Alexandre Tikhomiroff, c’est du père du soldat d’Algérie qu’il s’agit.

    Le récit est long, ample, à la démesure de ce que son personnage à vécu. Mais plongeant au coeur de la guerre civile, la narration est prenante, usant autant des phylactères que des récitatifs du propos du fils racontant le périple de son père. Graphiquement, Gaëtan Nocq conserve le style dépouillé de son précédent ouvrage. Avec un crayonné rehaussé de fond de couleurs majoritairement froides, s’autorisant aussi des planches sans texte, des doubles pages très épurées, participant à créer l’ambiance adéquate à cette histoire très humaine.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Charlie hebdo” bunkerisé…

    Charlie hebdo martyrisé, Charlie hebdo honoré, Charlie hebdo oublié, Charlie hebdo contesté… Mais Charlie ...

    Quand Napoléon perçait sous Bonaparte

    Napoléon, tome 1, Noël Simsolo (scénario), Fabrizio Fiorentino (dessin), Jean Tulard (conseiller historique). Editions ...

    Le Pas-de-Calais dans la Bataille de la Grande Guerre

    La Bataille: Arras 1917, Frédéric Logez. Editions Degeorge, 80 pages, 24 euros. La Grande ...

    De Gaulle avant le Général

    Charles de Gaulle, tome 1 : 1916-1921, le prisonnier, Jean-Yves Le Naour (scénario), Claude ...

    Monsieur Jules, julot casse-coeur

    Monsieur Jules, Aurélien Ducoudray (scénario), Arno Monin (dessin). Editions Grand Angle, 88 pages, 16,90 ...