Une histoire d’amour en toute transparence

    Les petites distances, Véronique Cazot (scénario), Camille Benyamina (dessin). Editions Casterman, 152 pages, 22 euros.

    Max Lambert est un homme “effacé”, transparent. Le genre de personne qu’on oublie rapidement. A tel point que même sa copine, avec qui il vit depuis quatre ans, l’a totalement zappé… alors qu’il la découvre en train de s’envoyer en l’air avec son nouveau coup de foudre ! Léonie, elle est une rousse flamboyante, sociable, l’air épanouie, mais un brin psychorigide, sujette à des phobies et envahie de démons qui lui bousillent ses nuits. Délaissé et seul, Max va par hasard croiser Léonie tandis qu’il emménage en colocation, dans un appartement deux étages en dessous du sien. Chez un propriétaire qui va également vite le zapper.
    Progressivement, Max devient de plus en plus invisible et fantomatique. Au sens littéral. Et il va en arriver à s’installer chez Léonie, dont il tombe rapidement amoureux. Là, il va la découvrir dans toute son intimité, partageant sa vie, s’efforçant d’éloigner ses amants ponctuels et de lui faire ressentir sa présence. Imperceptiblement, Léonie va de fait être influencée par cet ange-gardien qui veille sur elle.

    Scénariste inspirée de Betty Boob, Véronique Cazot brosse encore ici un joli portrait de jeune femme d’aujourd’hui. Indépendante et dynamique, mais aussi fragile. Bien dans son époque, mais vivant aussi dans son monde légèrement fantastique. Une dimension dans laquelle l’étrange Max va se glisser avec naturel. Tout comme Véronique Cazot rend naturel cette version sentimentale de l’homme invisible. Pas d’explications rationnelles, mais une immersion progressive et sensible qui ne manque pas de charme. D’autant que Camille Benyamina, qui avait déjà joliment donné vie à Violette Nozière notamment, illustre le récit avec un trait léger, crayonné doucement coloré bien dans le ton de l’histoire.

    Un joli conte fantastique contemporain et une parabole sur les âmes soeurs dont on déplorera cependant la longueur (plus de cent-cinquante pages). Une distance, pour le coup, pas très petite, qui permet de composer avec finesse un environnement psychologique et social convaincant, avec les copines de Léonie, ou de donner une consistance au drame familial fondateur de Max, mais cette pagination donne aussi l’impression de verser parfois dans le remplissage, pour ralentir l’issue d’une histoire qui, comme dans toutes les comédies sentimentales, semble connue dès le début.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Nanterre de légalisation du cannabis

    Legal, Cédric Gouverneur (scénario), Amazing Ameziane (dessin). Editions Casterman (collection KSTR), 128 pages, 22,00 ...

    Mickey productif dans son porte à porte

     Mickey all stars, collectif. Editions Glénat, 48 pages, 15 euros. Mickey est “né” le ...

    Putain de femme !

    Confidences à Allah, d’après le roman de Saphia Azzeddine, Eddy Simon (scénario), Marie Avril ...

    Doubles personnalités

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Sur les chemins, après la catastrophe

     Le monde d’après, Jean-Christophe Chauzy. Editions Casterman, 112 pages, 18 euros. Seconde partie du ...

    Boule à zéro, la mort sans frousse

    Boule à zéro, tome 4 : madame la mort, Zidrou (scénariste), Serge Ernst (dessin). ...