Une belle tranche de rock à la polonaise

    Fugazi Music ClubFugazi Music Club_couv, Marcin Podolec, Gallimard, 192 pages, 20 euros.

    Voici une histoire bigrement intéressante ! Celle du Fugazi Music Club. Ou la manière dont une bande de potes Polonais ont révolutionné la culture musicale en Pologne en 1992.

    A cette époque, l’URSS vient de s’effondrer et les troupes soviétiques stationnées en Pologne depuis la fin de la seconde guerre mondiale se retirent. Le plan d’austérité est en vigueur depuis deux ans, ce qui a eu pour effet une augmentation du chômage, et un appauvrissement rapide de la population. Au niveau culturel, c’est le désert.
    Cependant à Varsovie, une bande de jeunes tente de monter un club pour que des groupes de rock viennent y jouer mais on leur rétorque que “la seule culture possible, c’est la pratique de la prière. Elle se transmet de génération en génération.” Loin de se laisser décourager, ils vont quand même réussir à monter un festival de 21 jours de concerts consécutifs ! Et avec les bonnes volontés et moyens du bord, puisqu’ils n’avaient pas un sou. La foule affluera par milliers et le festival restera dans la légende. De grands noms du rock polonais fouleront la scène de l’ancien cinéma reconverti en salle de concert…

    Mais voilà, pour que le Fugazi Music Club voit le jour, Waldek et ses potes ont dû s’arranger avec la mafia, ce qui ne sera pas sans avoir des retombées désastreuses et aboutira à faire couler l’affaire très rapidement. Entretemps, le Fugazi Music Club aura marqué les esprits à jamais et ouvert bien des portes à la culture, la musique, le rock…

    Cette bande-dessinée est un témoignage à dimension historique intéressant et stimulant. Pour sa réalisation, le tout jeune auteur Marcin Podolec, polonais, s’est longuement entretenu avec Waldek, le meneur de la bande du “lieu le plus freak de ces années-là“.

    Une très belle tranche d’histoire populaire, une belle aventure pour que coûte que coûte la musique rock et punk trouvent une scène et surtout que la jeunesse polonaise de cette époque puisse accéder à cette musique dans cette Pologne en crise.
    Par ailleurs, à la fin de l’ouvrage, on trouve quelques photos d’époque. D’autres sont disponibles sur le net. De quoi étancher cette soif nouvelle d’en connaître plus sur ce lieux et ceux qui lui ont donné vie.

    [youtube]http://youtu.be/wQ4FGdJC9RE[/youtube]

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une histoire d’amour en toute transparence

    Les petites distances, Véronique Cazot (scénario), Camille Benyamina (dessin). Editions Casterman, 152 pages, 22 ...

    Au plus noir de la Centrafrique

    Maison sans fenêtres, Didier Kassaï (scénario et dessins), Marc Ellison (photo). Editions La Boîte ...

    La guerre du Kosovo au-delà des clichés

    La dernière image, une traversée du Kosovo de l’après-guerre, Gani Jakupi, collection Noctambule, éditions ...

    La vie d’otage au jour le jour

    S’enfuir: récit d’un otage, Guy Delisle. Editions Dargaud, 432 pages, 27,50 euros. Quittant pour ...

    Sacré nom de Diou !

    Le crépuscule des idiots, Jean-Paul Krassinsky. Editions Casterman, 296 pages, 25,95 euros. Voici un ...

    L’ode à l’authenticité de Joan Sfar

    Tu n’as rien à craindre de moi, Joann Sfar, Rue de Sèvres, 104 pages, ...