Les Tuniques bleues repartent à la bataille

    Tuniques bleues_grandes batailles_couvLes Tuniques bleues présentent, tome 1: Les grandes batailles, Raoul Cauvin (scénario), Willy Lambil (dessin). Éditions Dupuis, 112 pages, 14,50 euros.

    Réédition thématique de quelques uns des albums des Tuniques bleues. Pour commencer, Bull Run et Les Nancy Hart. Soit deux moments de la guerre de sécession, au début et à la toute fin du conflit.

    27e album de la série, Bull Run conte un épisode s’étant déroulé quatre mois après le début de la guerre, en juillet 1861. 30 000 soldats y prirent part dans chaque camp autour de la prise d’un important nœud ferroviaire. Une bataille honteuse et “tabou”, que Blutch va raconter a un nouveau incorporé ignorant de la chose.
    Le président Lincoln a accepté les demandes de civils galvanisés à l’idée de marcher vers la capitale sudiste, Richmond, de venir assister à la bataille. Sous l’œil interloqué des soldats, toute une foule vient donc assister au spectacle. Et Blutch en profite pour servir dans l’intendance et faire le garçon de café afin d’éviter la charge du 22ème de cavalerie. Mais rien ne se passe comme prévue. Et la bataille tourne à la débâcle nordiste tandis que le sergent est porté disparu. Obligeant Blutch a partir le chercher et à devenir, un peu malgré lui le sauveur de l’union.
    47e volume, paru en 2004, Les Nancy Hart racontent une anecdote tout aussi surprenante : comment une milice composée d’une poignée de femmes d’une petite ville de Géorgie bloquèrent une colonne nordiste, à la toute fin de la guerre. Ici encore, en attente de réaffectation dans leur régiment de cavalerie, provisoirement dissous faute de combattants, nos deux tuniques bleues devront jouer les éclaireurs et essuyer les tirs de ces redoutables miliciens en jupons…

    Il s’agit bien sûr ici avant tout d’un recyclage, sous une nouvelle forme, du fonds éditorial. Mais celui-ci est intelligemment mis en perspective, avec cette entrée thématisée agrémentée d’un dossier de présentation de dix pages rédigé par Philippe Tomblaine. Tuniques bleues_grandes batailles_plancheUn dossier évoquant à la fois les prémices de la série (plutôt succinctement, mais ce n’est pas non plus l’objet, même si on pourra y lire l’aveu de Raoul Cauvin qu’il ne connaissait rien a la guerre de sécession avant de se lancer dans cette série, commande des éditions Dupuis) et un chapitre plus documenté sur les deux deux faits historiques en lien avec les albums évoqués ici. L’ensemble est richement illustré de cases ou de documents d’époque.

    Et puis, ce premier tome permet deux retrouver deux “bons” albums de la série, dont avant tout Bull Run, peut être l’un des meilleurs épisodes des Tuniques bleues, celui qui va le plus loin dans la description de l’absurdité du spectacle de la guerre, tout en conservant une grande densité d’action et un pouvoir comique inentamé. Dans la foulée les Nancy Hart n’en sort pas trop écrasé. Plus romancé, avec une intrigue plus ténue, mais avec un comique de répétition burlesque qui fonctionne bien, cet album tourne lui aussi gentiment en ridicule l’armée nordiste.

    Les deux albums remplissent donc bien le cahier des charges, qui vise à concilier véracité historique divertissement et aventures. Neuf autre doubles albums de ce type sont programmés pour faire redécouvrir la série et le travail de documentation impressionnants des auteurs. Une bonne manière, après tout, d’entrer dans cet univers assez unique (à petit prix) ou, pour ceux qui le connaissent déjà, de découvrir sûrement des anecdotes savoureuses méconnues et d’accentuer son plaisir de lecture.

    Tuniques bleues_bull run_planche
    La deuxième planche de “Bull Run”, l’un des plus savoureux et réussi album des Tuniques bleues.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La vie d’otage au jour le jour

    S’enfuir: récit d’un otage, Guy Delisle. Editions Dargaud, 432 pages, 27,50 euros. Quittant pour ...

    La deuxième offensive des Poilus

    Paroles de Poilus, tome 2 : Mon papa en guerre, collectif. Editions Soleil. 96 ...

    La jungle en folie

    Alice au pays des singes, Tebo, Nicolas Kéramidas, éditions Glénat, 56 pages, 13,90 euros. ...

    Lip, Lip, Lip, hourra !

    Lip, des héros ordinaires, Laurent Galandon, Damien Vidal. Editions Dargaud, 176 pages, 19,99 euros. ...

    Dura Lex, Silex…

    Silex and the city, tome 5: Vigiprimate, Jul. Éditions Dargaud, 48 pages, 13,99 euros. ...

    Forever Young Perez

    Young, de Tunis à Auschwitz, Eddy Vaccaro (dessin), Aurélien Ducoudray (scénario), éditions Futuropolis, 128 ...