L’évasion cubaine de Berthet et Hautière

    Perico, tome 1, Philippe Berthet, Régis Hautière. Editions Dargaud, 64 pages, 14,99 euros.

    Retour dans les années 50 pour le dessinateur de Pin-Up, mais dans une tout autre ambiance, avec un récit de polar concocté par l’Amiénois Régis Hautière.
    La Havane, juin 1958. A quelques mois du triomphe de la révolution, le régime du dictateur Batista se délite. Et l’assassinat d’un Américain, qui ouvre l’album, va provoquer d’autres ondes de choc. Joaquin, un jeune homme employé par le chef de la pègre locale va notamment se retrouver embarqué dans une histoire qui le dépasse, pour avoir voulu aider son frère, partisan des barbudos de Castro…

    Un meurtre, une mallette pleine de dollars, un jeune idéaliste romantique, une belle chanteuse promise au dictateur local, une ambiance poisseuse et tropicale. Tous les ingrédients du polar vintage sont ici réunis, avant que la fuite des deux héros vers l’Amérique et le mythe d’Hollywood ne fasse basculer le récit vers le road-movies… tout en conservant sa trace sanglante…

    Cet album marque le début d’une collaboration inédite et particulière pour Philippe Berthet. Dans cette nouvelle collection Ligne noire, consacrée au polar, il sera le seul dessinateur appelé à illustrer des histoires proposées par différents scénaristes. Et donc, pour commencer, Perico avec Régis Hautière.

    Une première collaboration réussie, du moins pour ce premier volet de ce diptyque. Action enlevée et graphisme rétro toujours aussi soigné et talentueux, pour une plongée – classique, mais efficace – dans l’Amérique des années 50-60.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Renaud, une bande (dessinée) pour lui tout seul maintenant

    La bande à Renaud, collectif. Editions Delcourt, 106 pages, 18,95 euros. Renaud aime bien ...

    On peut encore rire avec la bande dessinée

    Pour accompagner une petite pause estivale de quelques jours, petite réflexion – et propositions ...

    C’est assez pour “Mermaid Project”

    Mermaid project, épisode 5, Corine Jamar et Léo (scénario), Fred Simon (dessin). Editions Dargaud, ...

    Tuer ou être tué dans l’Amérique de Trump

    Kill or be killed, tome 1, Ed Brubaker (scenario), Sean Phillips (dessin). Editions Delcourt, 128 ...

    Silver Wolf, une vorace mise en bouche

    Silver Wolf – Blood, Bone, tome 1, Tatsukazu Konda (scenario), Shimeji Yukiyama (dessin). Editions Kurokawa, ...

    Le tout-en-un réussi de la BDpar Romain Dutreix

    Impostures, Romain Dutreix, éditions Fluide glacial, 56 pages, 14 euros. La BD, c’est bien ...