L’histoire du chevalier La Barre en picard et en bande dessinée

    Le 250e anniversaire de la mort du Chevalier La Barre (décapité le 1er juillet 1766) aura été dignement marqué dans sa ville d’Abbeville (Somme). Et de façon originale: par un récit en bande dessinée et en picard.

    L’histoire du chevalier est – plus ou moins connu : décapité comme blasphémateur après avoir été accusé de ne pas avoir ôté son chapeau au passage d’une procession puis accusé d’avoir détérioré une statuette du Christ sur un pont d’Abbeville. Cas aggravant : il avait chez lui le Dictionnaire philosophique de Voltaire.
    En bande dessinée, le personnage est évoqué à la marge dans la série Petit Miracle de Valérie Mangin et Griffo. Mais, malgré le romanesque tragique de son martyre, il n’a jamais suscité (à ma connaissance) d’adaptation dessinée. Jusqu’à ce début juillet, date du 250e anniversaire de la mort du chevalier…

    Au départ, ce n’est pourtant pas l’aspect commémoratif qui a motivé son auteur, Jean-Bernard Roussel. « Le massacre à Charlie Hebdo m’avait choqué par le fait qu’on ait pu tuer pour blasphème, explique le dessinateur attitré du trimestriel picard et picardisant Ch’Lanchron. Or le chevalier La Barre a été la dernière personne tuée en France pour ce motif de blasphème. J’ai fait le lien.» Et quoi de plus logique, pour évoquer la mort de dessinateurs que de faire un récit en bande dessinée. Et d’y ajouter une dimension qui ramène le drame du jeune chevalier à ses racines picardes…

    Le projet initial n’envisageait qu’un récit en deux ou trois planches. Au final, il y en a douze (« J’aurai pu en faire 48 pages tant on a recueilli de documents », souligne Jean-Bernard Roussel). Et cela a donné lieu à un « numéro spécial de Ch’Lanchron » de 16 pages (pour 6 euros) paru tout début juillet. À la bande dessinée s’ajoutent une bibliographie et une présentation des principaux acteurs du drame.

    Pour la trame narrative, Jean-Bernard Roussel a imaginé une rencontre imaginaire, à côté du monument La Barre d’Abbeville entre Gadrouille, le personnage mascotte de Ch’Lanchron et « Franchoé-Jean Leféve, Chfailler d’La Barre ». Ce dernier va alors lui raconter sa vie et son martyre. Si le dessin est rond, caricatural et un peu naïf, le fond du récit est lui bien carré. Et très sérieusement documenté. Jean-Bernard Roussel a passé plusieurs mois dans les fonds de la bibliothèque d’Abbeville, il s’est inspiré de tableaux pour restituer la capitale du Ponthieu de l’époque – « une ville encore moyenâgeuse derrière ses murailles » – et son climat religieux très marqué. Tout est donc véridique dans les 99 cases. Noms des personnages, lieux et dates, tout a été vérifié. La procession du Saint-Sacrement qui vaudra à La Barre d’être accusé de ne pas s’être décoiffé, le Christ mutilé sur le Pont Neuf, le procès dans la grande salle du parlement de Paris sont restitués avec précision, jusqu’à la mise à mort finale. En « bonus », la dernière page présente même le «chemin du supplice» de La Barre dans Abbeville. Quant au texte en picard, il a été revu par Jacques Dulphy (une version en français est disponible en ligne sur le site de Ch’Lanchron.

    Une jolie manière de rappeler cette affaire dont « on ne se rend pas compte de l’importance qu’elle a pu avoir ».

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Asgard, Viking of the world

    Asgard, tome 1 : Pied-de-fer, Xavier Dorison, Ralf Meyer, éditions Dargaud, 56 pages, 13,99 ...

    Une mémoire d’éléphants

    Un million d’éléphants, Jean-Luc Cornette (scénario), Vanyda (dessin). Editions Futuropolis, 160 pages, 23 euros. ...

    La naissance de la 2 CV : deux chevaux et tant d’embuches 

    La naissance de la 2cv, Dugomier (scénario), Olivier Wozniak (dessin). Editions Glénat, 48 pages, ...

    Après l’humour juif, la bd d’humour musulman

    MUSLIM’SHOW, t.1 : le mois sacré du ramadan, Noredine Allam et Greg Blondin, ed. ...

    Un vrai lieu de Perdition

    BACK TO PERDITION, de Damien Marie et Vanders, ed.Vents d’Ouest, 56 p., 13,50 euros. ...

    Un avenir en eaux troubles

    Mermaid project, épisode 2, Leo, Corine Jamar, Fred Simon, éditions Dargaud, 48 pages, 13,99 ...