Marc-Antoine Mathieu déploie tout son Sens graphique

    Sens-couvfluche(ou “Le sens” ou S.E.N.S), Marc-Antoine Mathieu. Editions Delcourt, 256 pages, 25,50 euros.

    Depuis une trentaine d’années (déjà), Marc-Antoine Mathieu joue des codes de la bande dessinée, pousse toujours plus loin les limites de la narration en multipliant les contraintes formelles, les expérimentations insolites (et souvent géniales): de la case manquante (et qui donne tout le sens au récit) de l’Origine jusqu’à son dernier album, Le décalage, totalement “décalé”, en effet.

    Cette fois, avec “le sens”, il va encore plus loin, dans l’abstraction et l’épure, toujours porté par ce style très graphique, jouant du noir et du blanc, des volumes et des perspectives fuyantes.

    Plus qu’une BD, l’album se présente comme un livre relié, dans le style rétro (dos toilé, petit format), sous une belle couverture immaculée et en relief). A l’intérieur, un seul grand dessin par page. Chaque lecteur peut donc donner son propre rythme à l’histoire, en s’attardant plus ou moins longtemps sur les illustrations, qui peuvent aussi s’apprécier comme autant d’oeuvres autonomes, dans leur beauté froide incitant à la méditation.

    “L’histoire” est ici réduite à sa plus simple expression, tout en s’ouvrant aux plus larges interprétations. Le lecteur suit en fait le personnage, aussi intrigué l’un que l’autre, par une succession de flèches qui semble indiquer une direction. Un but ? Et s’il y a encore une “surprise” dans la matérialisation du livre, au coeur de l’ouvrage, ce n’est plus ici le moteur de l’action. Plutôt une petite plaisanterie supplémentaire…

    SENS-illustreAucun texte ne vient rompre cette harmonie graphique (c’est de saison, après Match et Un océan d’amour, et plutôt réussi, une fois encore).
    Pas même un  titre de couverture, remplacé par un pictogramme, qui va indiquer à la fois le “sens” (littéral) du trajet à son personnage et qui va se voir multiplié à l’infini pour former quasiment l’unique forme géométrique de l’album. Cette recherche d’abstraction et de vide se retrouve dans l’unique personnages du livre, dont on ne verra quasiment jamais le visage, masqué par un chapeau similaire à celui du héros récurrent de Mathieu, Corentin Acquefacques.

    Alors, certes, l’ouvrage pourra dérouter, voire rebuter (au vu d’un prix un peu élevé, rançon, sans doute de sa belle facture de réalisation). On déconseillera en tout cas de le feuilleter au hasard. En revanche, si l’on joue le jeu, si, à l’image du personnage anonyme et transparent, on regarde à l’intérieur du premier trou de serrure et si l’on suit… les flèches, ce balisage minimaliste entraîne dans voyage étrange, aux confins du temps, de l’espace et de l’absurde, zen et plein de suspense (à sa manière). Jusqu’à une fin qui se boucle en toute logique…

    “objet-livre” conviant à un rendez-vous particulier, comme le souligne le dossier de presse, (pour le coup très bien écrit, c’est à souligner), la parution de ce “Sens” s’accompagne d’une exposition itinérante, organisée par la galerie Huberty Breyne.

    Dans un premier temps, la galerie va occuper l’Espace-Ephémère, à Paris, du 14 au 16 novembre, avec une “expérience graphique et poétique au coeur de l’univers de Marc-Antoine Mathieu” (avec l’exposition de planches inédites, de vidéos et de sculptures). Toutes ces créations seront ensuite visibles dans les locaux de la galerie bruxelloise, du 27 novembre au 4 janvier. Enfin, “S.E.N.S.” fera l’objet d’une “installation plastique sous forme de parcours narratif immersif” au Lieu international des formes émergentes, à Saint-Nazaire, de mai à octobre 2015.

    A noter, enfin, que Marc-Antoine Mathieu devrait être l’un des invités principaux des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens 2015 !

    SENS-planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’extraordinaire zoo de Dedieu

    L’Étrange Zoo de Lavardens, Thierry Dedieu. Editions Seuil Jeunesse, 72 pages, 18 euros. Les ...

    Adieu Klavdia, bonjour Mylène !

    Adieu Kharkov, Mylène Demongeot (scénario), Catel et Claire Bouilhac (dessin). Coll. Aire libre, éditions ...

    Gloire aux vaincus et au courses de chars

    Gloria Victis, tome 3: Némesis, Juanra Fernández (scénariste), Mateo Guerrero (dessinateur). Edition Le Lombard, ...

    Un dragon futuriste à ne pas passer sous silence

     Silent Dragon, Andy Diggle (scénario), Leinil Yu (dessin), Dave Stewart (couleurs). Editions Glénat, 160 ...

    Adolescence lunaire

    Moonhead et la Music Machine, Andrew Rae. Editions Dargaud, 176 pages, 22,50 euros. Lunaire, ...

    Putain de femme !

    Confidences à Allah, d’après le roman de Saphia Azzeddine, Eddy Simon (scénario), Marie Avril ...