Mob Psycho 100, esprit (barré) es-tu là ?

    Mob Psycho 100, tome 1, One. Editions Kurokawa, 192 pages, 7,65 euros.

    Surnommé Mob, Shigeo Kageyama est un collégien sans histoire. Au premier abord seulement car le garçon possède d’étonnants pouvoirs psychiques. Capable de tordre la matière, de soulever de lourdes charges et surtout de repérer les esprits, il fait équipe avec son maître Arataka Reigen, un personnage en costume-cravate qui se prétend médium.

    L’homme est en réalité un charlatan qui profite des facultés de son disciple pour se faire de l’argent. En retour Mob reçoit 300 yens de l’heure, soit un peu plus de deux euros… Bonne poire, il n’aspire qu’à conquérir le cœur de son amie d’enfance, Tsubomi, qui ne lorgne de son côté que sur les athlètes. Pas de chance pour Mob qui décide donc de rejoindre le club de culturisme alors que celui de télépathie, menacé de suppression, fait des pieds et des mains pour l’attirer dans ses filets. Mais Mob est une tête de lard. Il lâche le club de télépathie pour finalement très vite déchanter, se rendant compte que son corps chétif n’a pas vraiment la puissance de son esprit. L’âme en peine, le télékinésiste est alors embrigadé par la secte du Smiley (on ne rit pas merci) dont les membres arborent tous un sourire figé et inquiétant. Leur gourou, en fait un esprit maléfique qui a pris possession d’un salaryman nippon, tente à tout prix de convertir ce collégien récalcitrant. S’engage alors un combat psychique de haute volée…

    Publié aux éditions Kurokawa, Mob Psycho 100 est un joli ovni inclassable, tout droit sorti de l’esprit lunaire et créatif de One, le mangaka à qui l’on doit One-Punch-Man, cette web-série déclinée en manga (édité par Kurokawa) puis en dessin animé (licencié chez Kazé) à gros succès commercial.

    Science-fiction, comédie et action s’entremêlent tout au long du premier tome (on en compte 13 sortis au Japon depuis 2012) dans une atmosphère décalée à souhait. Aimant visiblement jouer du contre-pied, le jeune auteur prend un malin plaisir à surprendre régulièrement, tout en gardant un fil directeur cohérent. Pas facile de le suivre mais on s’attache au héros et à ses yeux souvent vides d’expression.

    Doté d’un grand pouvoir, Mob le stoïque ne souhaite en aucun cas s’en servir (on est loin du Tetsuo vengeur détruisant tout sur son passage dans le manga culte Akira). A travers ce héros passif, naïf, voire désabusé, One se livre en fait à une critique en règle de la société nippone trop coincée, trop rigide, à ses yeux au niveau des rapports citoyens.

    Heureusement, on sourit beaucoup devant certaines séquences et notamment celle où le faux médium parvient à chasser, au moyen d’une « ancestrale » technique de massage (apprise dans un bouquin… d’ostéopathie), un esprit qui s’était niché dans les épaules d’un client qui consultait un peu trop les sites érotiques.

    Bourré d’humour et de scènes pour le moins absurdes, le manga se lit d’une traite. Il faut dire que les dialogues sont savoureux et les personnages particulièrement loufoques. La rédaction du prestigieux magazine Shonen Sunday ne s’y est d’ailleurs pas trompée en lui accordant une bonne place dans sa plateforme de lecture gratuite en ligne baptisée Ura Sunday (l’envers du Sunday en japonais). Par ailleurs, Mob Psycho 100 a reçu le 62e prix Shogakukan dans la catégorie shonen et une adaptation en série animée de 12 épisodes, produite par le studio Bones, est diffusée sur la plateforme Crunchyroll.

    Côté dessin, le style de One n’est pas franchement commun, contrairement à bon nombre de mangakas que l’on a du mal à distinguer tant ils se ressemblent. Le sien est sobre, épuré, avec une absence globale de décors. Le manga se lirait presque comme un roman graphique voire un story-board à peine terminé. On a parfois cette impression de cases dessinées à la va-vite avec des perspectives qui n’en ont que le nom, mais ce style est assumé. Il sert parfaitement le scénario et les émotions incontrôlables causées par les tourments de l’adolescence. Attention donc au choc psychique !

    Par Bakhti Zouad

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Séjours américains

    [media id=4 width=320 height=240] [media id=2 width=320 height=240] La Princesse du sang 1950. Sur ...

    Maria de tous les seins… Pin up and down

    Star fuckers, tome 1: la belle et les bêtes, Alcante et Gihef (scénario), Dylan ...

    La boîte à bulles en dix ans d’anecdotes et 46 albums

    La boîte à bulles en images, l’odyssée d’une petite maison d’édition, Vincent Henry (scénario), ...

    Tranche de nuit familiale

    La maison la nuit, Joub et Nicoby (scénario et dessin). Editions de la Gouttière, ...

    Astérix et périls

    Astérix chez les Pictes, Jean-Yves Ferri (scénario), Didier Conrad (dessin), éditions Albert-René, 48 pages, ...

    Une histoire au poil en Afrique sur Ekhö

     Ekhö, tome 9: Abidjan-Nairobi-Express, Christophe Arleston (scénario), Alessandro Barbucci (dessin), Nolwenn Lebreton (couleurs). Editions ...