morgane_couvMorgane, Simon Kansara et Stéphane Fert (scénario), Stéphane Fert (dessin). Editions Delcourt, coll.Mirages, 144 pages, 17,95 euros.

    La Quête du Graal, le Roi Arthur, Excalibur, Merlin, les chevaliers de la Table ronde, etc. Le Cycle arthurien n’est certes pas une thématique très nouvelle et elle a été largement déclinée sous toutes ses formes, jusqu’au sirupeux film de Disney qui a sans doute, plus que bien d’autres, imposé sa vision. C’est une approche radicalement différente que proposent Stéphane Fert et Simon Kansara dans Morgane.

    Morgane, donc. Fille du roi Gorlais de Bretagne, née grâce aux sortilèges de Merlin et promise au trône de Tintagel avant qu’Uther Pendragon (également aidé par Merlin) ne s’impose ; demi-soeur d’Arthur contre qui elle développe une haine tenace et va nourrir une terrible vengeance. Et sulfureuse fée Morgane qui va se révolter contre Merlin qui se joue d’elle depuis le début…

    Dans la légende arthurienne (ou ce qu’on en retient généralement), Morgane n’a pas le beau rôle. Elle y tient le rôle d’une séductrice maléfique, avide de pouvoir et de destruction, farouche adversaire du bon Merlin et d’Arthur qu’elle amènera à sa perte. Ce portrait n’est pas totalement éloigné de celui brossé ici par Stéphane Fert et Simon Kansara. Mais ceux-ci y posent dessus une toute autre lecture. Manipulée, trompée, Morgane ne fait que défendre son bon droit. Et, à travers elle, celui des femmes (de Guenièvre l’épouse délaissée d’Arthur aux paysannes violées).

    En face, les hommes sont particulièrement soignés. Mis à part Gorlais, à l’esprit ouvert mais qui est rapidement tué, tous les autres montrent vite leurs grandes faiblesses: Uther est un sauvage, Arthur est un crétin, ses chevaliers de la Table ronde des abrutis sanguinaires qui ravagent le pays sans même vraiment s’en rendre compte. Quant à Merlin, il apparaît comme le vrai esprit “maléfique” et machiavélique de l’histoire. Entre l’enchanteur et Morgane, c’est aussi le combat entre la religion chrétienne et les dieux païens qui se jouent. Et dans sa forêt, Morgane devient le défenseur d’un certain équilibre, grâce aux esprits sylvestres face à la folie des hommes.

    A cette approche particulière s’ajoute un traitement graphique également très singulier, pictural et très stylisé, évoquant parfois la peinture naïve, avec des teintes saturées à dominantes violettes bleutées. Un travail étonnant mais approprié au ton du conte légendaire qu’il décrit. Et une manière d’aborder et de moderniser l’histoire qui rappelle un peu la démarche (dans la narration et le graphisme) de Michael Meier revisitant l’Enfer de Dante, l’an passé.

    En tout cas, pour un premier album, même si ses deux auteurs ont une expérience dans le domaine de l’animation et de l’illustration, cette Morgane a incontestablement de quoi impressionner et séduire.

    A noter que le dessinateur, Stéphane Fert sera présent aux 21e Rendez-vous de la bande dessinée d'Amiens, les 4 et 5 juin prochains.

    MORGANE_int_CC.indd

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Fanfoué toujours bien dans ses alpages

    Histoire de faire une transition entre la pause alpine et la reprise, petite évocation ...

    Telle est la réalité de l’atelier Mastodonte

    L’atelier Mastodonte, tome 3, Alfred, Bianco, Bouzard, Féroumont, Jousselin, Jouvray, Nob, Obion, Tebo, Trondheim. ...

    Une BD bonne comme… un bon Bordeaux !

    Châteaux Bordeaux, T2 L’œnologue, par Corbeyran et Espé chez Glénat, 13,9 €. Une intrigue ...

    Ces héros de BD d’hier, et d’aujourd’hui

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Druillet s’expose et s’impose

    Philippe Druillet, textes Benjamin Legrand, Editions MEL Publisher, 360 pages, 49 euros. Vuzz, l’intégrale, ...

    Cauchemardesque

    Pretty Little Nightmares (fort adults & ugly kids only), David Chauvel (scénario), Hervé Boivin ...