Nouveau rebond du Marsupilami : Hip, hip, hip, Houba !

     Le Marsupilami, en album, lui-aussi, a du succès. Une autre chronique, après celle d’hier, et un avis plus enthousiaste “sur la piste du Marsupilami.

    En Palombie, pour rembourser les dettes énormes que lui réclame un gang local, avec l’aide de sa fille et du perroquet de celle-ci, le vétérinaire Pablito n’hésite pas à arnaquer les touristes au cœur trop sensible. Dans le même moment, Dan Geraldo, journaliste en perte de vitesse, est sommé par sa direction de ramener un scoop ou la chaine révélera que le reportage qui lui a fait connaître la gloire était bidonné…

    De la BD au cinéma et retour à la BD pour ce Marsupilami très en verve, le scénario d’Alain Chabat, adapté par Colman pour la BD, reste bien intégré à l’univers de Franquin. Si les personnages de l’album ne ressemblent pas exactement aux acteurs de chair et d’os, ils sont par contre bien dans  le style de Franquin et c’est cela l’essentiel.

    Généraux, dictateurs, savant fou, une tribu indienne perdue, une prophétie annonçant la fin du monde, des orchidées et des marsupilamis composent l’univers un peu déjanté de cet album auquel il faut ajouter deux braves types sympathiques mais un chouïa paumés. Même s’il manque la petite touche de génie que savait apporter le créateur du marsupilami, tous les ingrédients sont réunis pour un bon album (64 pages, tout de même) à la manière de Franquin.  C’est plaisant à lire et certaines planches consacrées à cet étrange petit animal sont particulièrement réussies.

    Pour tous, petits et grands. Houba ! Houba !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • David Guévart

      François Membre écrit la vérité : il n’y a pas le génie de Franquin. Ni au cinéma, ni dans cette “BD du film”. C’est même un peu navrant de voir que le personnage à la longue queue, support d’un film un tantinet niais d’Alain Chabat, fasse l’objet d’une BD “tirée du film”. C’est le monde à l’envers !
      Finalement, notre cher Marsu fait les frais de la même décrépitude que… Rantanplan ! Le premier est apparu aux côtés de Spirou et Fantasio, le second de Lucky Luke. Et plus les personnages se sont émancipés pour prendre le premier rôle, plus leurs auteurs les ont bâclés, ridiculisés, abandonnés au règne du marketing facile. Dommage. On préfèrera les rééditions des premières aventures de Spirou et Fantasio par Dupuis, c’est tellement mieux construit et plus prenant !
      DG

    • David Guévart

      François Membre écrit la vérité : il n’y a pas le génie de Franquin. Ni au cinéma, ni dans cette “BD du film”. C’est même un peu navrant de voir que le personnage à la longue queue, support d’un film un tantinet niais d’Alain Chabat, fasse l’objet d’une BD “tirée du film”. C’est le monde à l’envers !
      Finalement, notre cher Marsu fait les frais de la même décrépitude que… Rantanplan ! Le premier est apparu aux côtés de Spirou et Fantasio, le second de Lucky Luke. Et plus les personnages se sont émancipés pour prendre le premier rôle, plus leurs auteurs les ont bâclés, ridiculisés, abandonnés au règne du marketing facile. Dommage. On préfèrera les rééditions des premières aventures de Spirou et Fantasio par Dupuis, c’est tellement mieux construit et plus prenant !
      DG

    • ramata coulibaly

      marsu jtm tro0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o00o0o0o00o0o0o0o0o0o0o0oo0o0p

    • ramata coulibaly

      marsu jtm tro0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o00o0o0o00o0o0o0o0o0o0o0oo0o0p

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La quintescence de la BD franco-belge pressée en un B-Gnet

    Lutin Spirix, B-Gnet. Editions Vraoum !, 54 pages, 11 euros. C’est le héros ultime ...

    Par Crom ! Une nouvelle invasion barbare avec Conan le Cimmérien

     Conan le Cimmérien, la citadelle écarlate, Luc Brunschwig (scénario), Etienne Le Roux (dessin). Editions ...

    Le Méta-Baron, digne héritier de sa lignée

    Méta-Baron, tome 3 : Orne-8 le techno-cardinal, Alexandro Jodorowsky et Jerry Friessen (scénario), Niko ...

    Ramirez, aspiratueur à gages

    Il faut flinguer Ramirez, t.1, Nicolas Pétrimaux. Editions Glénat, 144 pages, 19,95 euros. Et ...

    Le grand samouraï commence à se démasquer

    Le masque de Fudo, tome 2: pluie, Saverio Tenuta. Editions Humanoïdes associés, 48 pages, ...