Oh dis, c’est Lanfeust le meurtrier !

    Lanfeust Odyssey, tome 3: le banni d’Eckmül, de Christophe Arleston et Didier Tarquin, éditions Soleil, 48 pages, 13,50 euros.

    C’est le retour de la grande aventure sur Troy, disais-je à la fin du tome 2. Cela se confirme avec ce troisième album. Tout comme cette “Odyssey” commence à prendre forme comme le troisième volet de la saga de Lanfeust. Et le pauvre héros éponyme se retrouve de nouveau totalement possédé – à tous les sens du terme  – par une tragédie qui le dépasse. Si le précédent album emballait par son ampleur graphique, c’est le scénario d’Arleston qui, ici, impressionne (le dessin de Tarquin étant toujours à la hauteur, ceci étant) : en 48 pages, notre héros réussit à passer de champion de la cité à meurtrier ostracisé de tous avant de se marier avec quatre femmes d’un coup !

    De retour à Eckmül, Lanfeust vient en effet à peine de remporter le Grand défi du conservatoire des sages – une chevauchée à dos de dragons qui fait un clin d’oeil à Harry Potter – que sa vie bascule dans le drame: il assassine au vu de tous Nicolède, l’ancien sage du village devenu vénérable du Conservatoire, et surtout grand-père de Cixi (la fille de C’ian à ne pas confondre avec l’ex-fiancée de Lanfeust dont une récente trilogie vient de faire la lumière sur toute sa vie aventureuse). Enfermé, manifestement victime d’une machination magique dans laquelle Qynostre, l’ambitieux sage ne semble pas étranger, Lanfeust est sauvé de la prison par son fidèle Troll, Hébus. Mais tous deux, proscrits doivent fuir et chercher l’unique témoin capable de disculper notre héros. Une nouvelle quête dont la première étape sera… le mariage obligé de Lanfeust avec un harem de quatre jeunes femmes ! De quoi faire sérieusement mûrir, en effet, le jeune héros redescendu des étoiles.

    Rythmé, varié, avec la dose d’humour et de second degré qui en fait le charme, ce nouvel album est un nouveau grand moment de cette saga unique d’héroïc-fantasy fantaisiste à souhait.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La sémantique c’est fantastique avec James

    La sémantique, c’est élastique, James. Editions Delcourt, coll. Pataquès, 112 pages, 13,95 euros. La ...

    10 histoires pour autant d’idées fausses sur la pauvreté

    ATD Quart Monde édite sa première bande dessinée, pour démonter les préjugés sur les ...

    Darren Aronofsky surnage au Déluge

    Noé, tome 1: Pour la cruauté des hommes, de Darren Aronofsky, Ari Handel et ...

    Un très bon western au pays de Germinal

    Les gueules rouges, Jean-Michel Dupont (scénario), Eddy Vaccaro (dessin). Editions Glénat, 120 pages, 20,50 ...

    Pline croqué à l’état naturel

    Pline, tome 1: l’appel de Néron ; tome 2: les rues de Rome, Mari ...

    Rahan est un peu fatigué…

    Rahan: Les fantômes du mont bleu, Jean-François Lécureux, Jean-Luc Sala (scénario), André Cheret (dessin). ...