Partie de chasse à Pripyat

    Les chiens de Pripyat, tome 1: Saint-Christophe, Aurélien Ducoudray (scénario), Christophe Alliel (dessin). Editions Grand Angle / Bamboo. 56 pages, 13,90 euros.

    Plus de trente ans déjà. La centrale de Tchernobyl explose, contaminant tout dans un rayon de 200 km dans ce coin d’Ukraine. Une fois la zone évacuée, dont la ville modèle de Pripyat, à 3 km de la centrale, des chasseurs sont embauchés pour aller abattre les animaux touchés par les radiations, afin qu’ils ne puissent contaminer d’autres secteurs. Pour 30 roubles la tête, Nicolaï, un solide fermier, embarque dans cette aventure son fils de 16 ans, Kolia, ainsi que ses amis Sputnik (adepte de la vodka et du hard rock), Pravda (ex-spetsnaz, vétéran d’Afghanistan) et Petit Père (quasi sosie de Staline, en nettement plus calme et pacifique).
    Dans la ville fantôme, ils auront à affronter d’autres bandes de chasseurs, mais Kolia croisera également de mystérieux personnages en combinaisons anti-radiation, qui s’enfuient à leur arrivée. L’innocent adolescent va alors découvrir d’autres âmes perdues dans ce décor post-apocalyptique…

    Après Amère Russie, Aurélien Ducoudray continue à défricher les territoires de l’ex-URSS, sur un même ton tragi-comique et appuyé par un autre dessinateur semi-réaliste au trait clair et expressif. Doué pour restituer l’ambiance décrépite et angoissante de Pripyat désertée, Christophe Alliel s’offre même une double planche de conte enluminé à la manière de Riff Reb’s réinterprétant le peintre traditionnel russe Ivan Bilibine dans Qu’ils y restent.

    Aurélien Ducoudray parvient une fois encore à trouver un angle original, émouvant et attachant pour évoquer un grand événement historique. Il déclare avoir trouvé son sujet dans un passage de Supplication, de la Prix Nobel de littérature Svetlana Aleksievitch, qui décrivait entre roman et grand reportage l’immédiat après-catastrophe de Tchernobyl. Il y ajoute des références religieuses à Saint Christophe (le saint représenté avec une tête de chien), qui donne le sous-titre à cette première partie et laisse à penser au développement d’une dimension spirituelle ou fantastique.

    Si un petit chien jouait un rôle non négligeable dans son précédent diptyque, il en est encore de même ici. Mais au-delà des chiens, d’autres créatures sont apparemment au coeur de cette histoire. Encore mystérieuses pour l’heure (dévoilées uniquement dans la dernière planche, dans un cliffhanger réussi), à l’issue d’une première partie qui se cherche un peu. Entre le côté documentaire sur ces chasseurs de chiens – qui avait le potentiel romanesque pour se suffire à lui-même – et la partie plus fictionnelle sur les autres résidants de la cité abandonnée. Il reste à attendre la fin de cette partie de chasse pour savoir si les auteurs atteindront bien leur cible.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    In the name of…

    In the name of…Will Argunas. Editions KSTR, 112 pages, 16 euros 2015, Houston est ...

    Tempêtes sous un crâne

    Mille tempêtes, Tony Sandoval. Editions Paquet, 144 pages, 20 euros. Adolescente rêveuse et mélancolique ...

    Bois-Maury dans l’enfer vert de la forêt amérindienne

    Bois-Maury, tome 15 : oeil-de-ciel, Hermann, Yves H., éditions Glénat, coll. Vécu, 48 pages, ...

    L’assassinat élevé au rang des beaux arts

    Moi assassin, Antonio Altarriba (scénario), Keko (dessin). Editions Denoël Graphic, 136 pages, 19,90 euros. ...