Patrick Prugne et ses Iroquois aux sources de l’Amérique

    Iroquois_couvIroquois, Patrick Prugne. Editions Daniel Maghen, 104 pages, 19,50 euros.

    Deux ans après Pawnee, Patrick Prugne continue de s’enfoncer en terres indiennes avec le galiériste Daniel Maghen. Il s’appuie cette fois sur une anecdote historique, le fait d’armes qui a permis à Samuel de Champlain de tenir le Saint-Laurent mais qui va aussi  déclencher une guerre bicentenaire avec les Iroquois.
    Envoyé par le roi de France pour pacifier les rives du fleuve et développer le commerce des peaux, Champlain monte en ce été1609 une expédition avec une quarantaine d’hommes et des indiens ralliés à sa cause. Il est guidé par un marin malfaisant, “le basque” et embarque avec lui une otage, “Petite Loutre”, fille d’un chef iroquois. Cette dernière va être au coeur du drame à venir…

    Une double quête parallèle anime ce très bel album: celle du lieutenant général du Québec allié aux Hurons pour là maîtrise du commerce de fourrure  et qui entreprend donc une expédition en remontant le fleuve accompagne de quelques personnages troubles emmené sous la contrainte, comme le Basque ou Petite Loutre qui conte en voix off le récit.
    L’autre quête, inverse, est celle du frère de la princesse indienne. Inspiré par ses visions, il entend ramener sa soeur parmi son peuple. A l’image du dénouement tragique général de ces aventures américaines, tout cela finira mal, dans l’amertume et avec le sentiment d’un grand gâchis.

    Mais dans cet album au grand format, la tragédie est magnifiée. Le récit se déploie avec la lenteur requise pour immerger le lecteur au milieu d’une aventure flirtant avec le fantastique et qui . Et l’histoire acquiert une grande beauté tragique, grâce aux superbes aquarelles de Patrick Prugne. Des dessins, précis et emplis de délicatesse, que l’on retrouve dans le cahier graphique qui clôture ce magnifique ouvrage. Peut-être bien le plus beau, graphiquement, de cette rentrée.

    Capture d’écran 2016-09-04 à 13.08.09

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La mort souriante sous le regard des autruches

    La Petite souriante, Zidrou (scénario), Benoît Springer (dessin). Editions Dupuis, 72 pages, 14,50 euros. ...

    Des idées dans la Suite

    La suite de Skolem, tome 2: Disparitions, Marek (dessin), Jean-François Kierzkowski (scénario). Editions Pirates, ...

    Résistance au-delà de la folie

    La résistance des sensibles, Michel Délié, Editions Lapin, 104 pages, 17 euros. Victor est ...

    La licorne de la rédemption

    Le chevalier à la licorne, Stéphane Piatzszek (scénario), Guillermo G.Escalada (dessin). Editions Quadrants / ...

    Pierre Christin dans les pas d’Eric Blair et George Orwell

     Orwell, Pierre Christin (scénario), Sébastien Verdier (dessin), avec la participation d’André Juillard, Olivier Balez, ...

    James, le Dieu de l’Amérique

    James Dieu, Fred Pontarolo. Editions Futuropolis, coll.32, épisode 1, 4,90 euros. Qu’Elvis Presley ne ...