Petit Oms de bonne compagnie

    Oms en série, tome 1: Terr, sauvage, Morvan, Hawthorne, éditions Ankama, Coll. Univers de Stefan Wul, 56 pages, 13,90 euros.

    Sorti en parallèle, cet automne, avec le premier tome de Niourk, d’Olivier Vatine, Oms en série a l’avantage – qui est aussi un sérieux inconvénient – d’être l’un des récits de Stefan Wul les plus connus, grâce au succès du film marquant qu’en ont fait Roland Topor et René Laloux en 1973 : La planète sauvage. Une planète, celle des draags, pas si sauvage, en tout cas plus civilisée ici, dans la vision qu’en donnent Jean-David Morvan et Mike Hawthorne. Ces aliens humanoïdes géants se montrant assez proches des hommes dans leur façon de vivre. Et leur manière de considérer les petits “Oms” s’apparente toujours à l’attitude que l’on peut avoir pour son animal de compagnie : attentionné, mais bien entendu très distant. Ce renversement de situation, plaçant les “hommes” en état d’animal domestique d’êtres géants et plus évolués, au centre du livre de Stefan Wul, fonctionne toujours aussi bien, créant un malaise indéniable.

    Dans le récit, cet équilibre va basculer quand Terr, un jeune enfant om offert à une jeune fille draag va par inadvertance être branché sur le casque pédagogique de sa maîtresse et qu’il va ainsi acquérir le savoir et la prise de conscience de sa propre servitude.  Réussissant à s’échapper, il va découvrir que certains oms ont pris aussi leur liberté, même s’ils sont réduits à l’état de vermines squatant discrètement un parc. Ce premier album s’arrête au début de la révolte menée par Terr, qui va bouleverser l’histoire des draags et des oms…

    Clair et précis, le récit de ce premier volet de l’aventure de Terr, surprend par le style “comics”, lisse aux couleurs très franches, de Mike Hawthorne. On pourra en conserver la nostalgie de l’aspect paradoxalement plus doux et satiné – quoique plus cruel – du film de Topor et Laloux. Mais l’ensemble demeure prenant et respectueux de l’univers de Wul. Moins brillante que Niourk, cette deuxième série ne déparait pas dans la collection lancée par Ankama. En attendant le deuxième arrivage, en ce mois de janvier 2013, avec Piège sur Zarkass, signé Yann et Cassegrain.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Toujours un effet Choc

     Choc, les fantômes de Knightgrave, tome 3, Stéphane Colman (scénario), Eric Maltaite (dessin et ...

    Anuki toujours en course

    Anuki, tome 6 : la Grande course de printemps, Frédéric Maupomé (scénario), Stéphane Sénégas ...

    Téléportation dans le Paris de 2119

    Paris 2119, Zep (scénario), Dominique Bertail (dessin). Editions Rue de Sèvres, 80 pages, 17 ...

    Que la farce soit avec toi !

    Le retour de la guerre du retour contre attaque, Thierry Vivien, éditions Jungle, 200 ...