Poupoupidours, du grand spectacle !

    POUPOUPIDOURS_couverture_2014.04Poupoupidours,  Benjamin Chaud. Editions Hélium, 32 pages, 15,90 euros.

    Après Une Chanson d’Ours et Coquillages et Petit Ours, Petit Ours (pas brun ! surtout pas !) revient dans une folle aventure.

    Lorsque Petit Ours se réveille, une folle envie de se dégourdir les patounes le démange. Toute la nature l’accueille et Petit Ours savoure ce bon bol d’air frais. Au lointain, derrière les arbres, une lumière attise sa curiosité. C’est le début d’une longue promenade truffée de rencontres, de cachettes secrètes et d’expériences extraordinaires au sein d’un cirque. Petit Ours s’improvise acrobate, ours-canon, équilibriste, le tout devant une piste aux étoiles pleine à craquer. Il retrouve sa maman qui lui a concocté une belle surprise…

    Les petits comme les grands peuvent d’ors et déjà se lécher les babines. Une fois de plus, Benjamin Chaud (également le papa de Pomélo, l’éléphant rose le plus drôle de la terre) s’est usé les yeux pour que les nôtres s’écarquillent et se perdent dans ses dessins truffés de détails. On passerait presque des heures à chercher la petite bête, les scènettes rigolotes ainsi que les nombreuses références. Que ce soit celles faites aux personnages de ses autres parutions ou encore au lapin d’Alice au Pays des Merveilles ou l’éléphant de l’illustrateur Gilles Bachelet.

    D’ailleurs, l’auteur le concède, lorsqu’il dessine, il se demande bien pourquoi il fait des planches aussi fouillées. “Et puis je dessine quelqu’un que je connais en train de faire quelque chose de ridicule dans un coin de la page et je rigole tout seul à ma table de travail.” Quant à Petit Ours, l’idée a germé il y a quelques années dans la tête de Benjamin Chaud alors qu’il réalisait une affiche pour La Maison en carton. “C’était aussi le faire part de naissance de mon premier enfant, une pierre deux coups, se rappelle-t-il, J’ai beaucoup aimé faire cette image et j’ai voulu continuer à dessiner dans cet esprit. J’ai proposé à Sophie Giraud, éditrice d’Hélium, de faire un livre avec ce genre de dessins et elle m’a dit “d’accord, fais une sorte de cherchez Charlie à l’opéra avec un papa kangourou et son petit kangourou.” A l’époque, j’avais toujours mon bébé en écharpe sur moi. Mais je n’aime pas dessiner les kangourous alors j’ai dessiné des ours, animaux dont je me sens plus proche. Et j’ai raconté ce que ça fait d’être papa. Comme j’ai bien aimé faire le livre et qu’il a été plutôt bien reçu, j’en ai fait un deuxième.” Par la suite, Benjamin Chaud a eu la joie d’être à nouveau papa. Il a donc décidé d’entamer un troisième album. “C’est assez autobiographique“.

    Très important également: Benjamin Chaud fait partie des auteurs qui ne prennent pas les enfants pour des imbéciles et pour un public qui se contente de peu. Nulle médiocrité n’est à déplorer. Le petit héros à poils ne décevra pas les lecteurs qui ont déjà suivi ses aventures. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, ce sera assurément le coup de foudre.

    Par Gaëlle Martin

    [vimeo]http://vimeo.com/101277400[/vimeo]

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Jean-Pierre Pécau n’arrête pas son char

    Cette machine tue les fascistes, Jean-Pierre Pécau (scénariste), Senad Mavric (dessin). Editions Delcourt, 88 ...

    Etonnant XIXe siècle

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Quinze ans de Benjamin Lacombe dans un beau livre

     Curiosities, monographie de Benjamin Lacombe. Editions Daniel Maghen, 304 pages, 35 euros. Si l’éditeur ...

    Bootblack… il était une autre fois en Amérique

    Bootblack, tome 1, Mikaël. Editions Dargaud, 64 pages, 14 euros. Altenberg est un enfant ...

    L’Empire du mal a gagné l’Amérique

    Evil Empire, tome 1: nous, le peuple, Max Bemis (scénario), Ransom Getty et Andrea ...