Premiers de cordée

    L’invention du vide, Nicolas Debon, éditions Dargaud, 80 pages, 16,45 euros.

    Dépassement de soi, aventure humaine parfois tragique, nature extrême, l’alpinisme serait de nature à susciter les évocations, notamment en BD, où l’art séquentiel et l’apport du dessin au texte permet une restitution impossible à atteindre à travers le seul récit. Pourtant, les albums marquants sur le sujet sont rares, à l’exception du superbe manga de Jiro Taniguchi, Le Sommet des dieux.

    On peut donc d’autant plus apprécier cette initiative de Nicolas Debon, qui, après les débuts du Tour de France (Le Tour des géants, 2009), s’attaque à une sorte de “grimpeurs” : les pionniers de l’alpinisme.

    Ici, il s’inspire plus particulièrement des récits de l’Anglais Albert Frederick Mummery pour conter une expédition à l’assaut d’une des aiguilles du massif du Mont-Blanc, le Grépon. Une expédition contée au jour le jour, du 28 juillet au 5 août 1881 et décrite avec minutie, du détail du matériel (mitaines en peau de lièvre, compresses de graisse, etc) à celui des vêtements et autres ustentiles nécessaires à cette folle aventure.

    Dans ce registre de récits graphiques montagnards d’antan, l’évocation de Samivel revient forcément. La superbe couverture de l’album avec sa vertigineuse perspective – et son titre, magnifique – accroît la référence. Mais, à l’intérieur, c’est une approche radicalement différente que développe l’auteur lorrain. Loin des traits gracieux en noir et blanc et les grands dessins pleine page, il privilégie les petites cases, dans un style simple, avec une mise en couleurs s’approchant du rendu du pastel. Un style qui donne incontestablement de l’originalité et de la personnalité à l’album, mais une approche, avec son gaufrier très classique, qui rend finalement un peu fastidieux le récit, à la longue (80 pages quand même).

    En revanche, ce style très “rétro” convient parfaitement à l’histoire, qui fait découvrir ces premiers alpinistes, bourgeois pétris d’une certaine noblesse et d’une fraîcheur naïve et touchante. Et cet ouvrage est aussi, un bel hommage, à cet univers unique et fascinant qu’est la haute montagne.

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Impostures 2: nouveaux détournements de personnages majeurs

    Impostures, tome 2, Romain Dutreix. Editions Fluide Glacial, 56 pages, 14 euros. La bande ...

    Un petit air de revanche sociale

    Revanche. Tome 1 : Société anonyme, scénario Nicolas Pothier, dessin Jean-Christophe Chauzy, Treize étrange ...

    C’est un ours, bien sûr !

    Un ours of course, conte musical d’Alice Zeniter et Lawrence Williams, illustrations Julie Colombet, ...

    Avec Prométhée, l’approche de la fin justifie les moyens

    Prométhée, tome 10 : dans les ténèbres (2/2). Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele. Editions ...

    “Demon” entre dans une nouvelle dimension

    Demon, vol.2, Jason Shiga. Editions Cambourakis, 224 pages, 22 euros. Après le road movies ...