“Prométhée” dans le flou temporel

    Prométhée, tome 14, les âmes perdues, Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin). Editions Soleil, 48 pages,

    Ce 14e tome, et vrai début du deuxième cycle de la série, commence par un résumé des grandes lignes des événements ayant déjà eu lieu jusque là.

    Pas inutile au vu d’un récit qui va de la légère anticipation (en 2019) jusqu’à la préhistoire, joue sur les paradoxes temporels et les dimensions parallèles, multiplie les récits en parallèle et de bouts d’explications scientifiques et mystiques pour expliquer la présence lointaine puis la conquête de la Terre par des aliens. Dès la plus haute antiquité, comme lors du siège de Tyr par Alexandre le Grand, les vaisseaux extraterrestres sont bien intervenus sur la destinée terrestre. Ceux-ci ont bien surgi du fond des mers le 21 septembre 2019, après treize jours de phénomènes inexpliqués et passablement surnaturel…
    Au lendemain de l’invasion, il ne reste plus que 0,1% de l’humanité, plus certains capturés par des faisceaux de lumière à fin d’expérience (comme l’évoque la couverture). Des hommes désemparés et réfugiés dans des souterrains pour ne pas croiser d’Aliens, dont le contact leur serait mortel.
    Pendant ce temps, en 1959, à “Camp Heros”, sur l’île de Montalik, les quatre “hommes du futur”, qui avaient traversé le trou bleu des Bahamas pour se retrouver projetés dans le futur de 2019 à Providence avant de rallier la Grèce et de revenir dans l’Amérique de l’après-guerre par le mythologique Necromanteion sont soumis à un interrogatoire serré…

    Après un album “hors collection” de récits courts un peu inutile, ce nouvel épisode ne fait pas non plus beaucoup avancer le récit. Il n’en reste pas moins intéressant pour qui aime les histoires de “hard SF” un poil verbeuses (voire très verbeuses s’agissant des planches consacrées à l’explication de la grande théorie de “la tangence” sur le temps) et des ambiances allant du grand complot à la X-Files aux séquences post-apocalyptique plutôt gore.
    Mais après un premier cycle très réussi, cette suite doit encore trouver sa justification et prouver sa nécessité. Faute de quoi, elle risque en effet de perdre des âmes en route.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Fantômes et farfafouilles hantent la BD

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Spirou du vert-de-gris à la tenue léopard

    Le Spirou de Schwartz & Yann, tome 7: La femme léopard, Yann (scénario), Schwartz ...

    Le sens de la vie en ville

    Les Spectateurs, Victor Hussenot. Editions Gallimard, 96 pages, 18 euros. Dans une grande ville ...

    Tels Père et fils, nouvelle génération

    Père et fils / Vater und sohn, les saisons, Ulf K (scénario), Marc Lizano ...

    Avec les clowns de Mai 68

    La véritable histoire des Franges, Juanjo Rodriguez. Editions Comix Buro/Glénat, 48 pages, 12,50 euros. ...

    La Chartreuse, un élixir de longue vie

    Le secret de la Chartreuse, Laurent Bidot. Editions Glénat, 48 pages, 13,90 euros. Pour ...