Les anges continuent à mordre la poussière

    LA POUSSIERE DES ANGES, Damien Marie et Karl T., éditions Vents d’Ouest, 48 pages, 9,95 euros.

    On avait découvert Anthon’ et Anne, dans la Cuisine du diable, enfants dans la mafia new-yorkaise au début des années 30. La suite du destin des jeunes amoureux (paru depuis un mois) est tout aussi tragique. On retrouve Anthon’ en 1945 à Los Angeles, pas franchement très frais malgré des signes de réussite évidente dans la cité des anges et des mirages. Ce premier album du nouveau diptyque aborde, dans un grand flash-back une étape encore new-yorkaise, en 1937. La prohibition est terminée, les familles de la mafia se sont restructurées et trouvé un nouveau débouché dans les jeux clandestins. Toujours au service du boss Big Bugsy, Anthon va se retrouver au coeur d’une guerre des gangs entre la bande à Dutch Schutz et la machiavélique Queen de Harlem. Anne, tenue par le clan de Bugsy par l’enfant qu’elle a eu suite au viol qu’elle a subi du fils (assassinée) de “Big B”, junkie désespérée, sera la victime collatérale et innocente du conflit…

    Toujours aussi sombre, le scénario du Normand Damien Marie (dont on attend le mois prochain la suite et fin de Back to Perdition) est sans pitié pour ses héros, étonnamment dense au vu de sa pagination, cette nouvelle aventure replonge pleinement dans l’univers de l’Amérique d’avant-guerre. Le dessin, réaliste et fouillé – mais parfois un peu approximatif sur les personnages – du dessinateur nordiste Karl T, est au diapason du climat de violence extrême dans lequel baigne l’histoire.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un roman noir plus salsa que karma

    Karma Salsa, tome 1, Joël Callède, Frédéric Campoy, Philippe Charlot, éditions Dargaud, 56 pages, ...

    Petite bédéthèque, grands savoirs

    La Petite bédéthèque des savoirs, éditions Le Lombard, 72 ou 88 pages, 10 euros. ...

    Des semi-elfes à moitité convaincants

    Elfes, tome 4: l’élu des semi-elfes, Eric Corbeyran (scénario), Jean-Paul Bordier (dessin), éditions Soleil, ...

    Cauchemardesque

    Pretty Little Nightmares (fort adults & ugly kids only), David Chauvel (scénario), Hervé Boivin ...

    Borb, une vie à la rue

    Borb, Jason Little. Aaarg éditions, 98 pages, 12,50 euros. Clodo, crevard, épave, hobo, mendiant, ...