Quand Macron faisait la Loi

    Faire la loi, Hélène Bekmezian et Patrick Roger (scénario), Aurel (dessin). Editions Glénat, 80 pages, 14,95 euros.

    La campagne présidentielle 2017, avec son second tour inédit, se mène aussi sur les rayonnage de bande dessinée. Si Marine Le Pen a clairement l’avantage, avec encore récemment La Dynastie Le Pen de Renaud Dély et Fred Coicault ou le tome 3 de La Présidente, Emmanuel Macron y trouve aussi sa place. Le bandeau bleu imprimant en gros son nom sur le titre originel de Faire la loi venant cependant ré-orienter le sens de l’album d’Hélène Bekmezian, Patrick Roger et Aurel.

    Le projet des deux journalistes du Monde et du prolifique dessinateur multi-supports (dont le quotidien du soir) était de décrire en détails et vu de l’intérieur “la fabrique de la loi”. Leur choix s’est porté sur la “Loi Macron”, celle qui visait, en 2014, à détricoter les professions règlementées, ouvrir de nouveaux marchés à la concurrence ou faciliter le travail du dimanche. Une loi et un ministre se voulant symboliques de la “modernité politique” et qui permettait, sur un sujet médiatiquement connu, de décrypter les diverses phases de réalisation et d’adoption d’un projet de loi.

    Un jeu de l’oie en forme de “jeu de rôle et de stratégie” que l’on suit ici étape par étape: avant-projet de loi concocté à Bercy, stratégie de com’ auprès des médias, passage au Conseil d’Etat, présentation formelle en conseil des ministres, puis début du marathon parlementaire, en commission puis en séance plénière à l’Assemblée et en navette entre celle-ci et le Sénat. Avec ici, “bonus” supplémentaire, l’application de l’article 49.3 qui permet de faire adopter un texte sans vote des parlementaires…

    Ceux qui s’attendraient à un album engagé (de manière hagiographique ou très critique d’ailleurs) sur l’une des lois emblématiques du quinquennat Hollande ou sur un portrait fouillé d’Emmanuel Macron risquent d’être déçus.

    Paru originellement dans la Revue dessinée en deux épisodes, à l’automne et au printemps dernier, cet album est assez hybride A la fois explication pédagogique du processus législatif français, mais aussi éclairage en creux de la stratégie et de la personnalité de celui qui sera peut-être, ce dimanche soir, le prochain président de la République et récit d’actualité politique sur les péripéties qui ont occupé ces mois de négociations parlementaires.
    Sorti manifestement rapidement pour mieux coller à la campagne en cours, il permet de retrouver quelques figures qui, depuis, ont émergé dans la galaxie macronienne, comme Richard Ferrand, le député socialiste devenu la cheville ouvrière du mouvement En Marche, dont Faire la loi vient rappeler opportunément qu’il fut le rapporteur de cette Loi Macron et que c’est peut-être bien là que s’est nouée la relation forte entre eux.

    Reste que cet aspect disparate se retrouve aussi dans sa restitution graphique.
    D’habitude très doué dans la caricature politique et la captation des traits des hommes politiques (il suffit de se rappeler sa série sur Sarkozy ou Hollande), Aurel peine ici à cerner Emmanuel Macron (trop fuyant ?), restitué sous une chevelure étrangement blonde et doté d’un long nez pointu assez incongru. Le dessinateur se rattrape sur d’autres personnages, croqués sur le vif dans un registre relevant du bd-journalisme et il s’échappe parfois aussi dans la métaphore théâtrale ou les schémas explicatifs.
    Au final, cet album s’avère intéressant et riche, mais assez indéfinissable et un brin frustrant. Un peu comme Emmanuel Macron qui en est le principal héros ?

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Jean Solé, drôle d’animal

    Animaleries, Jean Solé. Editions Fluide glacial, 64 pages, 25 euros. Gotlib le révèle et ...

    Des Belges à l’ouest !

    Gringos Locos, Schwartz et Yann. Editions Dupuis, 52 pages, 15,50 euros Inquiet des progrès ...

    “Prométhée” dans le flou temporel

    Prométhée, tome 14, les âmes perdues, Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin). Editions Soleil, ...

    A l’ombre de la finance reine

    Shadow Banking, tome 1: le pouvoir de l’ombre, Corbeyran et Frédéric Bagarry (scénario), Eric ...

    L’histoire du chevalier La Barre en picard et en bande dessinée

    Le 250e anniversaire de la mort du Chevalier La Barre (décapité le 1er juillet ...

    Rêves d’aventures et premiers amours

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !