Quand Matra dominait Le Mans

    24 Heures du Mans – 1972-1974 : les années Matra, Denis Bernard (scénario), Christian Papazoglakis et Robert Paquet (dessin). Editions Glénat, 48 pages, 13,90 euros.

    Il y a quarante-cinq ans, passionné de course automobile, le président de la République d’alors, Georges Pompidou, donnait le départ des 24 heures du Mans… et d’un cycle de trois ans qui fera date dans la grande histoire de l’épreuve mythique. Parce que… Matra !

    Jusqu’alors spécialisée dans l’armement, la firme française dirigée par Jean-Luc Lagardère s’était lancée huit ans plus tôt dans la course automobile. D’abord en Formule 1, avec à la clé le titre de champion du monde. Puis au Mans. Où rien n’est jamais simple. Aussi Matra mettra plusieurs années à s’imposer.

    Mais à partir de 1972, les superbes voitures aux longues robes bleues deviennent imbattables et réalisent un triplé 72-73-74 avant de se retirer. Le triple vainqueur Henri Pascarolo, Gérard Larrouse, Jean-Pierre Beltoise, François Cevert, Jean-Pierre Jabouille… Autant de noms identifiés à une époque formidable où Le Mans était La Mecque du sport auto.

    Rebondissements, drames, tension : la course se vit ici de l’intérieur comme de l’extérieur grâce aux dessins réalistes de Christian Papazoglakis et Robert Paquet, alors que le scenario de Denis Bernard répond comme toujours à une solide documentation et une maîtrise du sujet.

    Et ce nouveau tome consacré à l’épopée des 24 heures du Mans, s’inscrit parfaitement dans la lignée de ses devanciers. Avec en bonus le droit à un grand Cocorico au regard de ce triomphe français.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une étonnante justice

    Le Dernier Cathare, tome 3 : Le Jugement de Dieu, Delalande et Lambert. Editions ...

    une Dauphine qui rit jaune

    M’sieur Maurice et la Dauphine jaune,   Bruno Bazile. Treize étrange, 48 pages, 13,90 euros ...

    Des héros très ordinairement spectaculaires

    Les aventures des Spectaculaires, tome 1: le cabaret des ombres, Régis Hautière (scénario), Arnaud ...

    Histoire d’eau et de Bianco

    Jasmine, Le concours de flaques d’eau, Guillaume et Thomas Bianco. Editions P’tit Glénat, 32 ...

    Pour le passé, en avant toute !

    Le Maléfice de l’améthyste, Roger Leloup. Editions Dupuis, 48 pages, 10,60 euros Étrange surprise ...

    Le sport mène à tout…

    Matt Peterson, tome 1 : London Running, Laurent-Frédéric Bollée et Stom. Casterman et L’Equipe, 56 ...