Renaud, une bande (dessinée) pour lui tout seul maintenant

    La bande à Renaud, collectif. Editions Delcourt, 106 pages, 18,95 euros.

    Renaud aime bien la bande dessiné et les auteurs de bande dessinée aiment bien Renaud, au vu de cet album collectif chaleureux et très diversifié. Vingt-cinq chansons sont adaptées ici en dessins par un beau collectif de dessinateurs (de Richard Guérineau à Edith, par ordre d’arrivée dans le tour de chant et de crayon).

    Comme Renaud l’explique lui-même dans la préface, “c’est même pas moi qu’a eu l’idée. On m’a demandé si ça m’brancherait que quelques dessinateurs balèzes parmi les balèzes, illustrent mes chansons en quelques planches. ‘Videmment que j’ai dit ouais !

    C’est donc à Guy Delcourt que revient l’idée de cet album collectif, réunissant une trentaine d’auteurs, dans des styles et des chansons très divers…

    Richard Guérineau illustre ainsi, de façon réaliste glissant vers le fantastique, l’unanimité exprimée par le récent J’ai embrassé un flic, tandis que Laurence Harlé et Michel Blanc-Dumont décrivent le braquage raté des Charognards (1977) avec une interprétation littérale et poétique en faisant du “jeune” braqueur, du “petit salaud” un nain.
    Tome et Janry, dans un style proche des Idées noires de Franquin s’attachent eux à décrire, avec émotion, le chauffeur de Putain de camion, distrait par un sketch de Coluche à la radio… avant d’écraser le comique. Margerin, proche de l’ambiance “blousons noirs” des débuts de Renaud restitue drôlement le retour de la pépette tandis que Laurent Vicomte traite de belle manière onirique Morgane de toi. Et Ptiluc ne conserve qu’un écho de l’ambiance balnéaire pour faire une évocation forte et noire (à la Ptiluc, quoi) d’Allongé sous les vagues. Tronchet, de son côté, croque aussi dans son propre univers, moins mélancolique et nettement plus drôle, le vieillard de Cent ans. Le regretté André Geerts réinstalle lui le Jonathan de Soweto dans un univers enfantin et tendre.
    Graphiquement on peut aussi noter la magnifique interprétation post-apo de la Chanson pour Pierrot par Régis Loisel et l’adaptation, plus littérale de Mimi l’ennui par Yslaire.

    Yves Chaland évoquant l’amour de Renaud pour la BD.

    Comme souvent dans ce genre pas si évident, ceux qui s’extraient de l’adaptation littérale du texte pour aller vers leur propre évocation s’en sortent le mieux.

    En revanche, le soin apporté à la confection de l’album ne souffrira lui d’aucun bémol, de la magnifique couverture réalisée par Riff Reb’s jusqu’à la quatrième de couv’ en forme de sommaire récapitulatif (comme un dos de CD en gros). Sans oublier un dessin pleine page de Chaland en vis-à-vis de la préface, un autre d’Uderzo pour conclure par son traditionnel banquet d’Astérix avec Renaud en place d’Assurancetourix et les couvertures intérieures conçues à la manière de celles de Tintin, avec la multiplication du chanteur croqué par tous les dessinateurs différents.

    En tout cas, on peut oublier les deux pénibles CD de reprise. La vraie “bande à Renaud”, c’est dans cet album qu’on la trouve.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Buffalo Runner ou la longue nuit du western

    Buffalo Runner, Tiburce Ogier. Editions Rue de Sèvres, 80 pages, 17 euros. Tiburce Ogier ...

    La bande à Bonnot d’hier et d’aujourd’hui

    La bande à Bonnot, Jean-David Morvan, Stefan Vogel, Laura Pierce (scénario), Attila Futaki (dessin). Editions Glénat, ...

    Huis clos d’un été 48 dans le Montana

    Montana, 1948, Nicolas Pitz, d’après le roman de Larry Watson. Editions Sarbacane, 128 pages, ...

    Le 13 novembre pour mémoire

    13/11, reconstitution d’un attentat – Paris 13 novembre 2015, Anne Giudicelli (scénario), Luc Brahy ...

    Avec les Grognards

    La Bataille, tome 2, Ivan Gil, Patrick Rambaud & Frédéric Richaud . Editions Dupuis, ...

    Parfum de nostalgie

    Gaston hors-série. Des gaffes et des chats, dessin et scénario : Franquin avec l’aide ...