Retour aux sources de l’oeuvre de Stefan Wul

    Retour à zéro_couvRetour à zéro (les univers des Stefan Wul), Thierry Smolderen (scénario), Laurent Bourlaud (dessin). Editions Ankama, 72 pages, 14,90 euros.

    Onzième album, déjà, de la série des “univers de Stefan Wul”, où des auteurs contemporains revisitent (avec globalement une grande réussite) l’oeuvre de ce pionnier de la SF française, et vrai retour aux sources, avec l’adaptation du tout premier ouvrage de Wul, paru en 1954.

    Dans cette Terre futuriste, les criminels sont exilés sur la Lune. Mais là, depuis deux siècles, ils ont développé une science et des techniques alternatives qui en font une menace pour la planète. Un espion terrien, Jâ Benal, atomiste de génie est donc envoyé par la Haute Cour terrestre afin d’infiltrer la colonie soupçonnée de projets de rébellion. Ayant réchappé au peuple étrange des görs, il va devoir se battre contre la “maladie verte” qui l’infecte (et qui nécessitera une étonnante intervention chirurgicale), avant de découvrir les plans de l’Ancêtre, le maître de la colonie et, aidée d’une complice tombée amoureuse de lui, mener la contre-attaque. Au risque de provoquer un cataclysme total…

    A s’en tenir à son récit propre, entre pulp SF et roman d’espionnage de gare, Retour à zéro n’est pas, objectivement l’histoire la plus intéressante de Stefan Wul. Il en va de même de son adaptation, sorte de serial débridé et d’apparence improvisé. En revanche, cet album est l’un des plus intéressants de la série, par l’approche qu’en ont eu Laurent Bourlaud (auteur de Nos Guerres notamment) et Thierry Smolderen, historien de la bande dessinée et scénariste du très réussi et rétro-futuriste Souvenirs de l’empire de l’atome.

    Plongeant dans la genèse de l’oeuvre, ils ont pensé cette adaptation comme une “machine à explorer le cerveau d’un écrivain qui rêve de son premier monde“. D’où une approche très littérale du texte, sans chercher à en masquer les faiblesses ou les bizarreries, mais dans une mise en images d’une grande richesse visuelle, qui vise à restituer, elle aussi, les images et les influences de l’auteur alors. C’est-à-dire, comme l’explique Smolderen dans le très intéressant et intelligent dossier qui conclue l’album, des thèmes “plutôt typiques des romances scientifiques de la fin du XIXe et du début du XXe siècle et de leurs reprises par les bandes dessinées des années 30 et 40”. D’où un traitement graphique très singulier, faussement naïf et au contraire très soigné, qui s’inspire justement de ces courants là, dans un joyeux syncrétisme, mêlant constructivisme russe, futurisme italien, illustrations victoriennes, comic strips de l’entre deux-guerres, etc. Une belle double remise à zéro, donc.

    Retour à zéro_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le prix du sang

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Le Transperceneige explore une nouvelle voie

    Transperceneige, terminus, Olivier Bocquet (scénario), Jean-Marc Rochette (dessin). Editions Casterman, 232 pages, 25 euros. ...

    Enquêtes

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Philippine Lomar a toujours du coeur

    Les enquêtes polar de Philippine Lomar, tome 2: le braqueur des coeurs, Dominique Zay ...

    Winter (Station) is coming

    Winter Station, Christophe Bec (scénario), Christi Pacurariu (dessin). Editions Glénat. 128 pages, 9,99 euros. Quand ...