La Flamme et l’Orage, tome 1: La ville pétrifiée,La flamme et l'orage_couv Karim Friha. Gallimard BD, 56 pages, 14,90 euros.

    Il ne faut pas se fier à cette couverture peu attractive et au graphisme quelque peu inabouti. L’histoire narrée dans cette BD jeunesse est non seulement digne d’intérêt et de plus le propos défendu mérite encore et toujours de l’être: la liberté. Non seulement la liberté d’être mais aussi de penser, de lire, de s’exprimer.

    Dans une ville au décor steampunk, à la suite d’une violente guerre, une religion s’est imposée dans la terreur. On l’appelle la Flamme. Il n’est alors plus question de penser par soi-même sous peine d’être pétrifié, au sens premier du terme. Les livres sont bien sûr interdits (l’une des astuces pour quand même en faire circuler est de les dissimuler à l’intérieur d’une miche de pain). Et pour parachever le tout, les enfants sont enlevés par d’étranges créatures en vue d’odieux desseins visant à toujours plus asservir les hommes. En effet, les enfants sont placés sur des machines dont la fonction est de les vider de toute conscience. Ces enfants deviennent ainsi des sortes de bêtes sauvages zombies…

    Pourtant, dans ce contexte peu réjouissant, trois personnages venant d’horizons différents vont finalement se rencontrer pour suivre une route autre que celle imposée. Il y aura tout d’abord la belle Carmine, rebelle et altruiste. Celle-ci sauve et cache les enfants des griffes des apôtres de la Flamme. Elle a trouvé refuge dans un théâtre. Par ailleurs, outre avoir un superbe charisme, Carmine a des pouvoirs magiques, tout comme le jeune Léor. Et lorsque ces deux là se rencontrent, ils décident de faire équipe. Et pour finir, il y a Estevan. Celui-ci ressemble beaucoup à son défunt grand-père. L’ancêtre a étudié la Flamme et il a laissé un message et une mission à son petit-fils: Il doit éteindre la Flamme. Le grand-père a également laissé derrière lui un incroyable laboratoire secret recélant des machines les plus folles comme une espèce de robot futuriste comme on peut le voir sur la couverture (oui bon, on pardonnera à l’auteur cet élément narratif farfelu…). Nos trois héros réussiront-ils à terrasser la Flamme et à sauver les habitants ?

    La Flamme et l’Orage et une bonne critique de la société, que son opium soit la télé, internet ou la religion (toutes les religions). Une société dans laquelle il faut batailler sec pour vivre, survivre loin des sentiers battus. Hors du modèle pré-établi. Une société où la culture et les arts sont de plus en plus mis à mal, où le livre n’est plus classé parmi les produits de première nécessité, où l’on réduit les budgets des écoles et des associations de médiation sociale et culturelle, où l’on affame les auteurs de tous poils – ces derniers étant déjà bien maigrelets, une société que l’on divise en pointant certains du doigt, une société dans laquelle on prône le nivellement par le bas en toute bassesse assumée, une société dans laquelle se banalisent les idées et la parole haineuses et fascistes etc.

    Bref, espérons néanmoins que les héros sauvent cette ville de leur immonde fléau. Rêver un peu, c’est déjà ça.

    01-56-Flamme_Orage_int.indd

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Jochen Gerner bien repéré dans “Le 1”

    Repères : 2000 dessins pour comprendre le monde, Jochen Gerner. Editions Casterman/Le 1, 200 ...

    Zatopek, le plus grand

    Zátopek, Jan Novak (scénario), Jaromir 99 (dessin). Editions Des Ronds dans l’O, 204 pages, 24 ...

    Les Profs deviennent un film Boulard devient un héros de BD

    Boulard, tome 1 : en mode cool, Erroc, Mauricet, Editions Bamboo, 48 pages, 10,60 ...

    A l’assaut d’un nouveau sommet de mystères

    Olympus Mons, tome 1: Anomalie 1, Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin). Editions Soleil, ...

    Dramatique histoire Damour

    Jacques Damour, Vincent Henry (scénario), Gaël Henry (dessin). Editions Sarbacane, 144 pages, 19,50 euros. ...

    Pierre Paquet, une vie qui ne manque pas de chien

    PDM, Paquet de merde, Pierre Paquet (scénario), Jésus Alonso Iglesias (dessin). Editions Paquet, 208 ...