Rock en stock : Zep à hauteur d’hommes

    Une histoire d’hommes, Zep, éditions Rue de Sèvres, 64 pages, 18 euros. Parution le 11 septembre.

    C’est l’un des albums phare de cette rentrée. D’abord, car un album de Zep ne passe pas inaperçu. Ensuite, parce qu’il s’agit d’une des premières parutions du nouvel éditeur Rue de Sèvres (département BD adossé à l’Ecole des Loisirs). Mais surtout car il s’agit d’un très bon ouvrage, qui tranche singulièrement avec la production passée du papa de Titeuf.

    Ici, les héros ont grandi. Et vieilli. Près de vingt ans après leur séparation,  les membres d’un groupe de rock qui a failli avoir sa chance, les Tricky Fingers, se retrouvent dans le manoir anglais de la rock-star Sandro, ex-leader du groupe et le seul à avoir perçé. La camaraderie est intacte mais les trajectoires ont divergé. JB, le bassiste discret est devenu directeur d’une usine de plats surgelés, Frank, le batteur expansif tient un restaurant à Verbier, en Suisse et gère tant bien que mal ses divorces à répétition. Et Yvan, le guitariste s’enferre dans son rôle de looser, en éternel ado. Le temps d’un week-end, les quatre copains vont faire ressurgir le passé et ses ombres, repassant le film de leur jeunesse, avec son lot de révélations, de déchirements, mais aussi de nouvel horizon…

    Les retrouvailles nostalgiques et tragiques d’une bande de potes. Le thème n’est pas franchement original, certes, faisant songer à The Big Chill de Lawrence Kasdan ou, dans une version plus hexagonale aux Meilleurs copains de Jean-Marie Poiré. Deux films qui gagnent à être connus, d’ailleurs. La veine mélancolique fournissant un bon carburant romanesque. Encore faut-il bien doser. Et Zep y parvient très bien ici.

    Baignant lui-même dans le monde musical, musicien dans plusieurs groupes, Zep retranscrit bien ce milieu rock, ses amitiés, ses références, avec un indéniable côté “vécu”.

    Premier essai dans un style plus “adulte”, son trait est à la fois très reconnaissable (ne serait-ce que par l’absence de filets aux cases), mais aussi très différent de celui de Titeuf voire d’Happy Sex. Plus réaliste, bien sûr , soignant les ambiances et les cadrages, le trait méticuleux. Le choix de la bichromie, passant d’une dominante à l’autre selon les séquences (un peu à la manière du traitement chromatique par Riff Reb’s dans ses derniers albums), participe aussi fortement à donner sa personnalité à l’album. Et la couverture, à cet égard, plutôt austère et pas franchement attractive reflète bien cette dimension contrastée, sombre et fraternelle.

    Le récit se montre aussi très bien construit, parvenant à rejoindre tous les fils distendus du passé. Un bel album, à hauteur d’hommes.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un Essai d’utopie anarchiste

    L’Essai, Nicolas Debon. Editions Dargaud, 88 pages, 16,45 euros. C’est une surprenante expérience politico-sociale ...

    Noir c’est noir, en bande dessinée !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Des lendemains radieux ou en vert sombre ?

     Et nos lendemains seront radieux, Hervé Bourhis. Editions Gallimard BD, 80 pages, 18 euros. ...

    Blue thermal, quand l’amour est bleu ciel

     Blue thermal (série en cours), Kana Ozawa (scénario et dessin). Editions Komikku, 194 pages, ...

    Don Quichotte pas mort !

    Un certain Cervantès, Lax. Editions Futuropolis, 208 pages, 26 euros. Un certain Cervantès. Et ...

    Alvin se perd un peu dans le bayou

    Alvin, tome 2: le bal des monstres, Régis Hautière (scénario), Renaud Dillies (dessin). Editions ...