Royal Aubrac, un lieu, une histoire, une vie…

    Royal Aubrac, T1, par Christophe Bec et Nicolas Sure, éditions Vents d’Ouest, 13,90€.

    Connaissez-vous le Royal Aubrac ? Aujourd’hui, un hôtel de luxe est en train de s’y terminer, exploitant le prétexte des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle pour faire sa publicité. Il y a encore quelques années, c’était un des plus beaux sites de vacances de la fédération des oeuvres laïques. Trop coûteux sans doute pour être conservé. Le Royal Aubrac, c’est surtout un site et un bâtiment magnifiques, en plein coeur du plateau de l’Aubrac et aux confins de trois départements rustiques : l’Aveyron, le Cantal, la Lozère. A deux pas d’un village dont le cimetière doit compter dix tombes tout au plus : Aubrac. Un site vraiment exceptionnel, comme en témoigne cette galerie de photos. A l’époque de sa construction, c’était un sanatorium.

    L’histoire

    1906. François de Peyregrandes, étudiant aux Beaux-Arts, crache du sang. La Tuberculose sévit alors sans espoir de guérison. C’est pour ça qu’il est envoyé dans un pays rude et pauvre : l’Aubrac.  Il y croise d’autres tuberculeux. Et la vie s’organise entre malades, dans un décor dur mais jamais sinistre. De quoi inspirer le jeune artiste, qui prendra goût aux balades à ski. Et l’amour a-t-il sa place dans les rapports entre tous ces gens torturés ?

    Simple et sobre comme le pays qui lui sert de décor, ce tome 1 nous a suffisamment alléchés pour qu’on attende le tome 2. Sans impatience mais avec fermeté !

    Feuilletez-en quelques planches !

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La fin de l’Odyssée de Lanfeust

    Lanfeust Odyssey, tome 10: le destin karaxastin, Christophe Arleston (scénario), Didier Tarquin (dessin). Editions ...

    Astérix brillamment passé aux rayon X

    X, David Latini (texte), Stéphane Douay (dessin). Editions Pirates, 120 pages, 10 euros. Soit ...

    Anuki, de retour au grand galop

    Anuki, tome 4: duel dans la plaine, Stéphane Sénégas (dessin), Frédéric Maupomé (scénario). Editions ...

    L’énorme horreur est humaine

    Enormous, tome 1: Extinction level event, Tim Daniel (scénario), Mehdi Cheggour (dessin). Editions Ankama ...

    Daytripper, un très beau voyage au bout de la vie

    Daytripper, au jour le jour, Fábio Moon, Gabriel Bá, Urban Comics, 243 pages, 22,50 ...

    Un nouvel enchantement au Louvre

    UN ENCHANTEMENT, de Christian Durieux, editions Futuropolis/Le Louvre, 72 pages, 17 euros. Les éditions ...