Senna, l’histoire d’un mythe

    Ayrton Senna, histoires d’un mythe, Lionel Froissart (scénario), Christian Papazoglakis et Robert Paquet (dessin). Editions Glenat. 13,90 euros.

    « Né » à la Formule 1 il y a trente ans à Monaco. Mort il y a vingt ans à Imola. Entre deux, dix ans d’exploits, de temps forts et de magie qui font d’Ayrton Senna une véritable légende de la course automobile et l’un des meilleurs pilotes de tous les temps, que le grand Emerson Fittipaldi (deux fois champion du monde) avait placé sous son aile, inversement à un autre de ses compatriotes illustres, Nelson Piquet (trois fois champion du monde)…

    Tout a donc commencé le 3 juin 1984 lors d’un incroyable Grand prix de Monaco sous la pluie gagné par « Le professeur » Alain Prost, grâce à une interruption opportune de la course par le directeur de l’épreuve, Jacky Ickx, alias « Rain master », le Belge s’étant toujours montré formidable sur les pistes détrempées durant sa carrière. Senna pilotait alors une modeste Toleman et, jeune pilote sans expérience, il a fait une véritable démonstration dans des conditions de course dantesque. Il aurait sans doute dépassé Prost si le GP avait été interrompu simplement quelques tours plus tard. Sans le savoir, on venait d’assister à la première grande passe d’arme entre le Français (quatre fois champion du monde) et le Brésilien (trois fois). Avec comme point d’orgue les deux duels de Suzuka qui finirent mal, l’un accrochant l’autre et vice-versa, alors que le titre était en jeu.

    Le duel Prost – Senna reste à ce jour le plus épique de l’histoire de la F1. Que Prost a quitté en 93 après son quatrième titre au volant d’une Williams. Senna voulait l’imiter en 94, se retrouvant à son tour chez Williams. Las, la monoplace britannique avait perdu de sa superbe tandis qu’un nouveau phénomène apparaissait, du nom de Schumacher. Senna lui a couru après. Au-delà de la limite.Le 1er mai 1994 il se tuait à Imola. Son décès en course a eu un retentissement incroyable. Ce drôle de mec devenait mythe.

    La BD qui lui est consacrée chez Glénat dans la collection « Plein gaz » (qui a déjà traité d’autres noms légendaires comme Chapman, Fangio ou Alpine), l’explicite parfaitement, grâce au texte de l’hyper spécialiste Lionel Froissart, et aux dessins de Christian Papazoglakis et Robert Paquet, issus de l’école Jean Graton (Michel Vaillant). Un beau casting pour un superbe résultat.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Tremen, passage vers une fascinante mélancolie grise

     Tremen, Pim Bos. Editions Dargaud, 64 pages, 14,99 euros. C’est la plus étrange “vision ...

    Avec l’Avocat, la défense est d’attaque

    L’avocat, tome 1: Jeux de loi. Laurent Galandon, Franck Giroud (scénario), Frédéric Volante (dessin). ...

    Riff Reb’s revient en vieux Loup de mer

    Le loup des mers, Riff Reb’s d’après le roman de Jack London, éditions Soleil, ...

    Un jour sans Jésus : la quête avance à bride abattue

    Un jour sans Jésus, tome V, Nicolas Juncker (scénario), Chico Pacheco (dessin). Editions Vents ...

    “La Nuit” au goût du jour

    La Nuit, Philippe Druillet. Editions Glénat, 72 pages, 18 euros. Epuisé, l’album était devenu ...

    Superbes intégrales

    Une chronique à écouter seulement, sur les géniales intégrales que Dupuis ressort avec de ...