Taniguchi dans le feu de l’action

    Enemigo, Jirô Taniguchi, M.A.T., éditions Casterman, 312 pages.

    C’est un vrai dépaysement et contre-pied que ce “nouveau” manga de Taniguchi, pour qui connaît l’oeuvre du “plus européen des auteurs japonais”. Oeuvre de jeunesse,  Enemigo est loin des ambiances contemplatives qui ont fait sa réputation (méritée). Publié par épisodes en 1984 et 1985, il fait partie des récits de genre (science-fiction, polar, aventures ou sports) qui ont précédé l’époque plus “personnelle” et littéraire de l’auteur, initié par la série Au Temps de Botchan, en 1986.
    C’est donc ici une pure bande dessinée d’action, digne d’un film de série B américaine, avec courses-poursuites, guet-apens, combats, violence et même un zeste de sexe.

    Dans un état d’Amérique latine qui sort péniblement d’une guerre civile (qui fait songer au Nicaragua, vu l’époque de sa création, au milieu des années 80), le jeune PDG d’un groupe japonais qui intervient pour transformer la jungle en terres agricoles, est enlevé par des mercenaires. Un kidnapping sous forme de baroud d’honneur pour des partisans de l’ancienne dictature à moins qu’ils ne soient manipulés par le lobby américains des céréales, guère heureux de voir naître un concurrent potentiel. Tandis que le nouveau gouvernement et son propre groupe font dans la démonstration de force – au risque de sacrifier l’otage – c’est le propre frère du PDG, Kenichi, ancien du Vietnam et détective à New York qui va aller le sauver, aidé par l’assistante – pour le moins débrouillarde et sexy – de son cadet…
    Avec un profil à mi-chemin de Rambo et du Chuck Norris des grands jours, Kenichi – accompagné dans un son odyssée par un doberman – va devoir faire face non seulement aux bandes hostiles mais aussi à bien des trahisons, avant de parvenir à abattre “l’enemigo” à l’origine de toute l’affaire.

    Scénarisé par un mystérieux “groupe d’action scénaristique” (M.A.T.) – que Taniguchi se refuse à dévoiler dans la postface, Enemigo n’a bien sûr pas l’envergure ni la dimension de l’Homme qui marche ou de Quartier lointain. En revanche, derrière un plaisant récit d’action haletant peuplé de personnages charismatiques – et un léger arrière-fond politique – il révèle déjà les inspirations américaines et européennes du “Taniguchi d’avant Taniguchi”.

    Publié dans la collection “Sakka”, des Mangas de chez Casterman, l’album est complété donc par une riche posface, comprenant égalebment des entretiens avec Baru, Schuiten et Giardino.

    Le début, très vert et en couleurs, d'Enemigo. Les pages suivantes, plus sombres, seront elles classiquement en noir et blanc.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • Yaneck

      Tu donnes envie de lire ce nouvel album…

    • Yaneck

      Tu donnes envie de lire ce nouvel album…

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Au clair de la Luna

    L’Oracle della Luna, tome 1: le maître des Abruzzes, Frédéric Lenoir, Griffo. Editions Glénat. ...

    Une mémoire d’éléphants

    Un million d’éléphants, Jean-Luc Cornette (scénario), Vanyda (dessin). Editions Futuropolis, 160 pages, 23 euros. ...

    Rahan est un peu fatigué…

    Rahan: Les fantômes du mont bleu, Jean-François Lécureux, Jean-Luc Sala (scénario), André Cheret (dessin). ...

    Maïdan, place de l’amour pour Ducoudray et Alliel

    Maïdan Love, tome 1: Olena, Aurélien Ducoudray (scénario), Christophe Alliel (dessin). Editions Grand Angle, ...

    Drôles de lascars

     Pizza Roadtrip, El Diablo, Cha, éditions Ankama, 80 pages, 14,90 euros. Un vrai pote, ...

    L’uniformité, source de dangers

      Segments -Tome 1: Lexipolis, Richard Malka & Juan Gimenez. Editions Glénat, 48 pages, ...