Tel Aviv sur le vif

    Ko Tel-aviv2-couvK.O. à Tel Aviv 2, Asaf Hanuka. Editions Steinkis, 96 pages, 16,95 euros.

    Alors que le conflit israélo-palestinien se rappelle, de façon sanglante à nos mémoires, sous la forme d’une fausse équivalence entre tirs de roquettes et bombardements aériens (pour l’instant), ce deuxième volume des chroniques autobiographiques d’Asaf Hanuka, sorties voilà trois mois en France, prend encore plus de relief et d’actualité.

    Juif arabe de famille d’origine irakienne, Hanuka est dessinateur et illustrateur. Membre de cette nouvelle génération d’auteurs israéliens que l’on commence à découvrir en France, comme Michel Kichka ou Rutu Modan.

    Dans la vision métaphorique de sa vie quotidienne à Tel-Aviv, il se décrit en citoyen désenchanté, en artiste déprimé, en père de famille angoissé, vivant dans la peur de la maladie, victime de son smartphone, de la toute puissance filiale ou en crise conjugale. En arrière-fond, s’impose une ambiance paranoïaque (avec son quotidien de masques à gaz et de refuges anti-aériens – réalité plus immédiatement perceptible aujourd’hui).

    Alternant des récits courts en une planche et des illustrations pleine page, il subvertit le quotidien par des visions oniriques et fantasmées, mettant en scène nos icônes modernes (des jeux vidéo aux super-héros et aux réseaux sociaux). Ses illustrations pleine page sont superbes, comme autant de petits tableaux absurdes et surréalistes, réponse à une situation qui ne l’est pas moins.
    Ses récits en cases de BD semblent, en comparaison, avoir moins d’impact. Mais ils se montrent tout autant poétiques, drôles (parfois) et… évanescents. Sans réelle chute, ils demeurent souvent en suspens, comme pour mieux illustrer une existence suspendue, elle aussi, à des menaces qui la dépassent.

    Avec humour et beaucoup d’auto-dérision – une forme renouvelée et moderne de “l’humour juif” – Hanuka parvient à la fois à se distancier de sa réalité, pour mieux la restituer, dans un trait semi-réaliste, instillant un certain malaise et une réelle empathie avec cette existence bizarre qui est le lot de beaucoup d’Israéliens aujourd’hui.

    KO_tel_aviv2-planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    A la santé de Martha !

    XIII Mystery, tome 8: Martha Shoebridge, Frank Giroud (scénario), Colin Wilson (dessin). Editions Dargaud, ...

    Rio par la bande

    Rio, tome 1: Dieu pour tous, Louise Garcia et Corentin Rouge (scénario), Corentin Rouge ...

    Retour à la source pour le Méta-Baron

    Méta-Baron, tome 5: Rina la méta-guerrière, Jerry Frissen (scénario), Valentin Sécher (dessin). Editions Humanoïdes ...

    A lire ce 14 juillet, pour se replonger dans la Révolution française

    Pas d’anniversaire “historique” cette année, mais en ce jour de fête nationale, petite compilation ...

    Land and Fridman : la guerre d’Espagne de Giardino en intégrale

    No Pasarán – La Guerre d’Espagne (l’intégrale), de Vittorio Giardino, éditions Glénat, 168 pages, 30 ...